OÙ EN SOMMES NOUS FACE A L’INCOMPÉTENCE DE LA POLITIQUE ?4 min

Aujourd’hui, 2 juin, Laurent Nuñez, secrétaire d’Etat auprès du ministère de l’intérieur annonce qu’il n’est pas question de supprimer le LBD. Que cela soit pour les Gilets Jaunes où dans les quartiers la lecture est la même : Aveu d’une incompétence à régler les problèmes sociaux et préférer la brutalité pour que rien ne change.

La réalité de la politique des gouvernements c’est qu’ils n’ont plus besoin de caresser les classes moyennes dans le sens du poil comme avant. Le choix est guerrier. Comme il l’a toujours été dans les quartiers, comme il l’a toujours été quand ils n’ont plus rien à vendre et quand ils peuvent nous faire acheter de force. L’échiquier est tel que de toute façon la rentabilité est assurée. De gré ou de force. Nous paierons les augmentations le flashball sur la tempe s’il le faut, nous irons au travail la boule au ventre ou serons poussés au suicide s’il le faut. Les grèves, blocages et toutes autres contestations sérieuses seront réprimées brutalement. L’Etat n’apparait alors plus que comme une seule chose : une armée d’occupation.

Jamais nous n’avons voté pour régler les problèmes à coups de flashball, jamais nous n’avons voté pour être en permanence surveillés, que ce soit par les caméras qui pullulent dans nos villes ou par les algorithmes qui décortiquent nos conversations et nos habitudes. Jamais nous n’avons voté pour qu’il n’y ait plus de rétrocontrôle une fois un président élu. Jamais nous n’avons voté pour être éborgné lorsqu’on proteste pour de la justice sociale, de la justice fiscale et de la justice écologique.

Cette politique n’est qu’une vaste capture du vivant et nous sommes comme des animaux dans un zoo. Parqués, contrôlés et réprimés.

Face à cette incompétence, face à cette trahison de l’Etat qui modèle un avenir détestable en osant encore s’appeler démocratie, nous sommes beaucoup à avoir pris acte qu’il n’y avait plus rien à attendre de ce coté. Et à l’heure actuelle, l’Etat est un étouffoir qu’on aimerait voir reculer. C’est pourquoi du plus petit village à la plus grande ville nous nous sommes soulevés pour au final deux choses : Abolir ce pouvoir autoritaire et inventer une nouvelle forme de vie en commun.

Qu’on l’appelle RIC ou assemblée des assemblées, c’est une démocratie directe qu’on est en train de construire. La phase dans laquelle nous sommes pourrait se résumer de la sorte: nous n’avons pas renversé le trône et nous n’avons pas encore construit la nouvelle démocratie. Par contre nous sommes à la tâche. Aujourd’hui peut apparaitre comme un coup de fatigue, nous avons en effet été assommés par les milliers de blessures, d’arrestations et d’emprisonnements. Il y a moins de monde en manif. Par contre nous sommes partout. Si aujourd’hui nous sommes moins visibles c’est que nous sommes un peuple de fourmis, à la tâche dans tous les recoins du territoire. Nous travaillons à la base pour bâtir un monde plus habitable. Respectueux de la nature et de l’humain. Partout les assemblées continuent, les cabanes sont construites, des outils de communications indépendants développés, des actions entreprises, et parfois même une maison du peuple est inaugurée. Nous sommes bien en train de bâtir les bases d’un monde désirable.

Ces 6 mois de luttes ont profondément changé notre rapport au monde et aux autres. Des dizaines de milliers de personnes ne retourneront plus dans leur vie d’avant qui leur apparait désormais comme un tapis roulant de centre commercial où tous les choix sont déjà faits à notre place. Grâce aux Gilets Jaunes, les gens ont retrouvé de leur libre arbitre, ont imaginé des utopies, ont expérimenté l’auto gestion et l’horizontalité, savent qu’on peut vivre sans chef et que ce qu’ils ont fait depuis 6 mois avait d’ailleurs beaucoup plus de poids et responsabilités que n’en n’aura jamais leur patron.

Nous avons livré une bataille contre le pouvoir qui a définitivement révélé son vrai visage, révélé les pires bassesses et brutalités qu’il est prêt a assumer pour préserver les inégalités. Maintenant, c’est le temps de poursuivre ce qu’on fait depuis 6 mois en s’organisant sur les ronds points ou partout ailleurs : Bâtir ! Je me risquerais à une métaphore hasardeuse. Celle de l’extinction des dinosaures : en surface, les Macronosaures, les Trumposaures, les Salviniosaures, les Poutinosaures, les Erdoganosaures, les Bolsonarosaures et plus généralement tous les capitalosaures sont en train de fanfaronner, de se tailler des parts aussi énormes que honteuses du gâteau. Mais ils sont aussi en train de créer les conditions de leur propre cataclysme tout autant écologique que social. Pendant que leurs mains se resserrent sur nos cous, leur météorite arrive. Et nous, nous sommes les petits mammifères oeuvrant en souterrain et qui leur survivront. Modestement, lentement, mais sûrement.

Photo : William Wartel