G7 : lettre des parents des trois allemands incarcérés5 min

Mensonges de la police et entraves à la défense juridique, voilà comment s’est illustré le G7 des inégalités à l’encontre de tous ceux qui paraissaient suspects de venir perturber la plus autoritaire et inégalitaire réunion des chefs d’Etats. Trois jeunes allemands dorment aujourd’hui en prison avec des peines de 2 et 3 mois. La police leur a délibérément menti sur les disponibilités des avocats de la legal team en les poussant à prendre les commis d’office. Commis d’office incompétents qui ont par la suite refusé les garanties de représentation qu’avait à leur fournir la legal team. On se demande bien pour qui ces avocats travaillaient, la police ou leur client ?  Voici la lettre ouverte écrite par les parents de ces 3 jeunes. Elle a été traduite de l’allemand par le Collectif Auto Média Enervé. Nous pensons qu’elle doit massivement tourner et que ce cas doit permettre d’illustrer les nombreuses entraves à la défense que subissent quotidiennement les individus confrontés à une police qui ment de manière systémique.

« Mesdames et Messieurs, désespérés, nous nous tournons vers vous car nos enfants ont disparu en France dans des conditions juridiques douteuses.

Nos enfants ont disparu le mercredi 21/08/2019 alors qu’ils se rendaient au Pays Basque, au nord de l’Espagne. Ils faisaient partie d’un groupe d’environ 10 personnes qui s’y rendaient pour des vacances en camping. Le 23/08, une personne du groupe arrivé à destination en Espagne nous a contactés pour dire qu’un véhicule avec nos fils à bord n’était pas arrivé. Au début, on craignait un accident de la route. Cependant, un autre message d’alarme inattendu est arrivé : les 3 personnes ont été arrêtées à un poste de contrôle d’autoroute à Biarritz. L’arrestation par les forces de l’ordre a eu lieu suite au dispositif de sécurité mis en place à l’approche du G7 à Biarritz.

Depuis l’incident, 12 jours se sont écoulés – et nous en tant que parents avons jusqu’à présent peu d’informations officielles.

Divers médias (d’abord Die Welt, puis Süddeutsche, Spiegel en ligne, etc.) ont donné plus d’informations – notamment la description selon laquelle des armes (spray au poivre ou gaz lacrymogène – selon leur appartenance politique) et de la littérature de gauche ont été trouvés ; cela suffit évidemment en France pour accuser de « participation à un groupe en préparation d’actes de violence » puis pour condamner les trois. On peut se demander ce qui a conduit à cette condamnation à 2 et 3 mois de prison, si le transport d’arme a été pris en compte, même si ils ont été acquitté sur ce point. Jusqu’à présent, malgré de nombreuses demandes, nous n’avons aucun accès aux condamnés. Aussi, il n’y avait aucun choix de l’avocat, mais seulement un avocat commis d’office. Un jour après la condamnation, les trois hommes âgés de 18 à 22 ans ont été répartis dans trois prisons différentes. Selon les médias, l’une des prisons est surpeuplée et les conditions de vie catastrophiques pour les prisonniers.

Dans les médias plutôt de gauche (y compris Radio Dreyecksland), on a soutenu que les trois jeunes hommes figuraient sur une « liste » du BKA et que cette information avait été transmise à la police française (NDT : équivalent fiche S). C’est sur cette base qu’ils ont été interpellés. Jusqu’à présent, nous n’avons aucune preuve de cette thèse, mais il faut noter que personne n’a pris de position officielle à ce sujet. Le rédacteur en chef de Radio Dreyecksland figurait également sur cette liste et a été expulsé de France.

L’ambassade allemande a tout d’abord alourdi le problème en nous disant qu’il n’y avait aucune information ou que les détenus ne voulaient aucun contact, ce qui n’était pas du tout prouvé. C’était censé être le devoir de l’Ambassade de vérifier elle-même cette allégation par téléphone avec les détenus. Entre-temps, elle a tenté d’établir un contact, sans succès jusqu’à présent. À la demande du membre du Parlement, Sevim Dağdelen, le ministère des Affaires étrangères s’est assuré d’établir le contact avec les détenus, mais cela semble être possible uniquement par courrier et peut donc durer jusqu’à trois semaines. Aucun des trois ne parle français et aucun n’a actuellement d’avocat. Dans un article de presse, il a même été question d’utiliser des policiers comme interprètes. Très probablement, les détenus ne sont pas autorisés à téléphoner car aucun d’entre nous n’a reçu d’appel de leur part. Seules des lettres de celui de 18 ans nous sont parvenues.

La date limite pour s’opposer à cet absurde jugement expire le lundi 2 septembre 2019 et nous n’avons aucun moyen de fournir une assistance juridique à nos enfants car nous n’avons pas de contact et les autorités françaises ne coopèrent pas.

S’il vous plaît, aidez-nous, les parents des trois disparus.

Cordialement, Christa et Michael Müntnich, Diana et Alexander Kurtz, Angelika Kronawitter et Christof Meder. »

L’article du blog de Médiapart sur cette affaire : https://blogs.mediapart.fr/edition/eurojournaliste/article/030919/de-la-prison-ferme-pour-avoir-transporte-de-la-litterature-gauchiste