Comment reprendre nos rues11 min

En dix mois, le mouvement des Gilets Jaunes a réussi à de nombreuses reprises à surprendre : le pouvoir, la police, les médias, l’opinion. Voire les GJ eux-mêmes. Au delà de la détermination et d’une féroce envie de changement, ce qui a véritablement changé la donne du paysage des luttes sociales en France, c’est cette réalité nouvelle d’actions totalement décentralisées et autonomes. Des blocages, des occupations, des manifestations, des débordements. Tellement de possibles qui n’existent plus dans l’univers normé des syndicats, partis d’oppositions, ONG et autres structures bien établies.

En cette rentrée 2019, le champ des possibles semble encore très vaste. Bien plus vaste que le pouvoir et les médias le présentent. Mais pour réussir à déborder à nouveau, et peut être encore plus fort, il est nécessaire de réfléchir à des stratégies de lutte, que ce soit pour des manifs à venir ou d’autres types d’actions. Voici quelques pistes et réflexions, qui ne demandent qu’à être complétées et enrichies. Précision importante : ces pistes se placent dans une optique clairement insurrectionnelle, voire révolutionnaire. Puisque tant de GJ (et d’autres citoyens) le clament et l’espèrent depuis plusieurs mois, osons réfléchir à la chose de façon posée. Une sorte de manuel pour “agir en primitif et prévoir en stratège”, comme le préconisait le poète et résistant René Char.

LA FORCE DU NOMBRE

Cela a toujours été le cas mais c’est depuis quelques mois de plus en plus flagrant en France : il est important, voire primordial, d’être assez nombreux dans la rue pour réussir à proposer des actions réellement dérangeantes pour le pouvoir. Cela ne veut pas dire que toute manifestation massive est en soi une réussite. Les manif pour le climat ont montré ces derniers mois qu’on pouvait être des dizaines de milliers (voir plus) et ne pas déranger le gouvernement et les puissances économiques. En revanche, pour réussir à déborder un dispositif policier de plus en plus agressif, venant directement au contact, et de plus en plus mobile (avec les voltigeurs), il y a besoin de milliers de personnes.

Les moments où le pouvoir a vraiment tremblé ces derniers mois ont toujours été ceux où, dans la rue, le rapport de force tournait à l’avantage des GJ en raison de leur nombre. Même en déployant des moyens humains et matériels énormes, la préfecture a été incapable de maitriser une colère lorsque celle ci était exprimée par des milliers de manifestants, à différents endroits d’une ville, pendant plusieurs heures.

L’exemple le plus frappant est sûrement celui de l’acte 23 (ultimatum 2). Suite à l’impuissance du pouvoir sur le premier ultimatum du 16 mars, la préfecture a monté un énorme dispositif pour éviter tout débordement. La page Ultimatum avait donné plusieurs lieux de rdv, au dernier moment. Les GJ s’étant rendus à ces rdv ont malheureusement pour eux été cueillis par des dizaines de CRS. Rien n’a été possible. Sauf que ce jour là, le nombre de GJ à Paris était si important qu’une grosse manif “déclarée” s’est élancée de Bercy. Là encore, la pref avait prévu le coup et décidé de couper la manif en plusieurs mini cortège, pour mieux les contrôler. Mais cela n’a pas fonctionné, tellement le cortège était massif et déterminé, au point de réussir à forcer plusieurs barrages policiers pour se regrouper.

Enfin, être très nombreux dans la rue, c’est aussi le moyen de protéger ceux qui sont décidés à agir (et pas forcément violemment, mais en désobéissance civile). Par leur présence, par leurs corps, des milliers de manifestants, même sans agir directement, peuvent ainsi aider à rendre une manifestation réellement offensive et gênante pour le pouvoir. C’est en ce sens que le cortège de tête est apparu il y a quelques années en France. On peut également prendre l’exemple de la révolte à Hong Kong, où la stratégie est poussée à un niveau hallucinant, et où les manifestants “de base” sont un élément essentiel pour les manifestants de première ligne.

L’un des enjeux majeurs des semaines à venir est donc de retrouver une mobilisation aussi massive (voir plus) qu’en novembre et décembre. Et c’est tout à fait possible. Quasiment aucune des personnes ayant participé à au moins un acte des GJ n’est aujourd’hui convaincu par l’action du gouvernement. Si certains ne descendent plus dans la rue, c’est plus par lassitude et/ou par peur (des violences policières et des arrestations) que par changement d’opinion sur la situation sociale et économique. Pire, le réservoir des résistants est sûrement encore plus grand qu’il y a un an. Chaque GJ peut s’en rendre compte autour de lui : qui est aujourd’hui satisfait de Macron et de son monde ? Qui n’est pas conscient de l’urgence climatique et sociale ? Chacun doit donc tenter de remotiver ses amis et ses proches de descendre dans la rues lors des prochains rassemblements.

PLAISIR ET IMAGINATION

Ce qui frappe aujourd’hui lors des manifestations GJ, c’est son côté répétitif et reproductif. A l’inverse, ce qui a fait le succès du mouvement, c’est sa capacité à créer, à innover dans l’occupation de la rue, de la ville. Des nouveaux chants, des nouvelles méthodes de déplacement, des blocages économiques inédits (ex : les Champs Elysées). Même le langage a été recréé et ne correspond pas aux habitudes des luttes sociales : on peut se moquer des “actes” se succédant, des “ultimatums”, il n’empêche que les GJ ont créé leur propre calendrier, leur propre terrain de lutte et leur propre moyen de se rassembler. Quand ils ont occupé les ronds points, tout le monde trouvait ça étrange. Pareil quand ils ont investi des péages. Et encore pareil lorsqu’ils ont décidé de se retrouver tous les samedi dans les centre ville. Et lorsque de nouveaux chants sont arrivés, ce fut comme une petite victoire. La création d’un nouvel espace d’expression, d’échanges et d’exutoire.

Les puissants tentent depuis toujours de mettre des œillères à la population et lui faisant croire que rien n’est possible, si ce n’est d’exprimer sa colère à travers les élections ou les luttes institutionnalisées (syndicats, partis, ONG…). Alors que la réalité est toute autre. La vie est un immense terrain de jeux. La ville aussi.

Rien n’énerve plus le pouvoir que des personnes heureuses de lutter et de se retrouver. Les puissants font tout pour rendre les manifestations oppressantes alors qu’elles peuvent être des lieux de rencontres, de vies, de folies.. Tout ce qu’ils ne connaissent pas dans leur petite vie bourgeoise et confortable. Il importe donc de ramener de la joie, de la folie, du feu et de la vie dans la rue. Pour casser leur rêve de grisaille, pour se faire plaisir mais aussi pour donner envie à d’autres citoyens de nous rejoindre. Qu’ils comprennent que ce qui se joue dépasse largement une voiture ou une banque brulée. Que le cœur de la révolution n’est pas dans la destruction mais dans la rencontre, les complicités, l’échange et la construction.

MOINS DE TÉLÉPHONE, PLUS DE SOLIDARITÉ

Il est important d’avoir des photos et des vidéos de ce qui se joue dans les rues, notamment lors des moments les plus insurrectionnels, mais surtout lors de violences et dérives policières, pour témoigner de ces réalités que le pouvoir tente de cacher. Mais aujourd’hui, trop de personnes ont pris le réflexe de sortir le téléphone à la moindre poubelle brulée, pire, à la moindre charge policière. Ces personnes restent solidaires, et partie prenante du mouvement. Mais elles ne se rendent pas compte qu’en filmant avec leur téléphone, elles se sortent du reste des manifestants pouvant agir réellement. Elles sont présentes physiquement mais ne peuvent plus agir. Elles deviennent spectatrices. Combien de vidéos avons nous vues avec une personne malmenée par la police et que personne n’aide alors que des dizaines de manifestants filment la scène ? Il ne s’agit pas de juger et de donner des bons/mauvais points.

Chaque personne est libre de faire ce qu’elle veut, y compris en manif. Et il est tout à fait compréhensible de vouloir filmer un moment fort. Mais il faut tout de même analyser le phénomène de façon générale et voir ce que cela implique sur l’ensemble du rassemblement. Et avec ce point de vue, on ne peut que constater les méfaits de cette tendance et avoir conscience qu’elle profite au pouvoir puisqu’elle rend la manifestation moins offensive et moins solidaire. Sans compter que les vidéos constituent parfois des preuves utilisées contre les manifestants accusés de dégradations.

Il est donc temps de ranger son téléphone et de prendre activement part aux prochaines manifestations. Cela peut prendre des formes diverses : chanter, courir, taguer, faire des banderoles, donner des informations aux autres manifestants, proposer des actions. Tant de choses que le cerveau ne fait plus quand il vit la manif à travers l’écran d’un téléphone.

DIVERSITÉ ET RESPECTS DES PRATIQUES

Il est important d’interroger la place et le degré d’actes offensifs dans les manifestations se voulant insurrectionnelles. Cette question est très complexe et sensible puisqu’il n’appartient à personne de définir une limite précise dans la justesse morale d’actes offensifs. Nous refusons tous de valider le schéma imposé par la société qui voudrait que toute action illégale soit immorale. Il est acquis pour beaucoup qu’un Fouquet’s qui brule n’est pas plus grave qu’un patron qui licencie pour augmenter ses profits. Mais dire cela ne veut pas dire que casser ou bruler est forcément pertinent pour la lutte et pour faire avancer la cause révolutionnaire.

S’il faut se garder de condamner un manifestant se prêtant à des dégradations, il ne faut pas non plus tomber dans le travers inverse qui valoriserait, de facto, toute dégradation ou acte violent. A certains moments, à certains endroits, dégrader du mobilier urbain, des boutiques ou attaquer les forces de l’ordre peut se révéler une erreur stratégique et faire le jeu du pouvoir.

La dégradation ou les violences ne sont en rien un marqueur pour jauger la réussite ou non d’une manifestation. Dans un sens comme dans l’autre. Ces actions offensives ne sont que des outils pour parvenir à des objectifs plus importants que les conséquences directes d’une voiture brulée ou d’une banque saccagée. Dans une société régie par l’image et par l’apparence, où le pouvoir ne tient que par l’illusion qu’il maitrise tout et qu’aucune alternative n’existe, ces actions offensives font sens quand elles participent à briser cette illusion. Cela fonctionne lorsque toute une partie de Paris semble hors de contrôle du pouvoir malgré les milliers de policiers et militaires déployés. Mais pour y arriver, il convient de créer les conditions propices à une telle situation.

Il faut aussi garder à l’esprit que l’offensive et la rébellion peut revêtir des formes très subversives sans être forcément violente. Des milliers de personnes qui vont sur le périphérique, sur les rails d’une gare ou occuper un ministère, cela peut faire tout aussi mal aux puissants.

Refusons donc de classer les manifestants entre violents et non violents. Seuls ceux qui craignent le changement ont un intérêt à cette séparation totalement artificielle. Cette classification (stigmatisation) est un simple outil de domination. La violence n’est pas immorale en tant que telle. Même les livres d’histoire nous vantent les mérites de résistants qui ont combattu le mal. Combattu au sens propre. Au sens violent.

S’ADAPTER EN TEMPS RÉEL

Face aux nouvelles stratégies de “maintien de l’ordre”, avec des unités très mobiles et agressives, il est plus que jamais nécessaire que les manifestants se montrent très attentifs et s’adaptent au plus vite aux situations. . A Hong Kong quand le front policier devient trop chaud face à eux, les manifestants ne stagnent pas.Très vite, la manif se déplace ailleurs. Il est très difficile de décider de façon collective dans de telles situations, surtout dans un mouvement sans leader et totalement horizontal, mais cela fonctionne. Et souvent, il vaut mieux prendre une décision et “bouger” plutôt que rester statique de peur de faire une erreur.  Il faut également garder à l’esprit que parfois, l’affrontement avec les forces de l’ordre n’est pas du tout stratégique. Lorsque le rapport de force est clairement déséquilibré, il est parfois préférable de réfléchir à des solutions alternatives permettant aux manifestants de continuer à occuper l’espace, à bloquer, à être offensif. La police n’est pas l’objectif. C’est l’outil du pouvoir qui peut empecher d’atteindre des objectifs. Mais se focaliser sur eux empêche parfois de créer des moments sûrement bien plus beaux et constructifs pour la lutte.