Flics black bloc : A qui profite l’intox?5 min

La mécanique avait déjà été actionnée après l’acte 45. Mais cela va aujourd’hui bien plus loin. De nombreuses personnalités, des médias alternatifs, des soutiens aux GJ et des GJ eux mêmes clament depuis dimanche que la police serait responsable de nombreuses dégradations de la Place d’Italie et/ou que celle-ci laisserait volontairement faire des manifestants casseurs.Deux séquences ont été très largement utilisées pour valider cette thèse. Les deux sont fausses :

Sur une vidéo, on voit trois hommes en noir passer à travers un cordon policier, en criant “C’est la BAC” . En fait, il s’agissait de deux policiers en civil (donc effectivement en tenue type BB), qui venaient d’interpeller un manifestant (celui du milieu). Des vidéos le prouvent.

L’autre séquence prétend que la personne ayant détruit la stèle du maréchal Juin serait un gendarme. Avec comme preuve, des photos de ce même manifestant posant à côté d’une personne avec un bouclier “Gendarmerie”. Là encore, c’est totalement faux : ce bouclier est tombé suite à la confusion lorsque des manifestant ont réussi à sortir de la nasse en forçant un barrage. Ce bouclier s’est retrouvé dans une manif sauvage, et plusieurs manifestants ont posé avec.

Sur ces deux cas, CheckNews (de Libération) a fourni un gros travail de vérification qui ne laisse aucune place au doute. Les liens en commentaires.

Au final rien de bien nouveau ici : oui, il y avait probablement des flics infiltrés samedi à place d’Italie, il y en a toujours eu. Oui, il est très probablement arrivé que des flics cassent en manif. Mais non, ce ne sont pas eux qui sont responsables de la majorité des dégradations.

On se demande alors qui a intérêt a propager ce discours et cette suspicion. Et c’est là que toute cette déferlante anti BB/flics infiltrés devient très dangereuse pour le mouvement. Car les seuls à avoir intérêt à ce que la plupart des manifestants pensent que les BB sont des flics, c’est le pouvoir. Car la casse est l’une des expression de la colère sociale. Faut-il rappeler que sur les actes GJ ayant vu le plus de dégradations (vitrines brisées, voitures incendiées, police attaquée) ont été les premiers actes, alors qu’il n’y avait aucun manifestant en kway noir ? C’est à ce moment là que le pouvoir a vraiment tremblé. Il a aussi été inquiété le 16 mars, lorsque des milliers de manifestants en jaune ont exprimé leur colère sur les Champs avec des centaines de personnes en noir. Le pouvoir ne redoute rien de moins qu’une solidarité entre tous les citoyens en colère. Pour éviter cette jonction, il faut stigmatiser la frange la plus offensive. Et puisque le côté “violent” ne marche plus, de nombreux citoyens comprenant que la vraie violence est sociale, que la précarité tue, alors, le pouvoir n’a plus comme carte que celle de faire passer ces manifestants pour des “agents infiltrés”.

De Hong Kong au Chili en passant par l’Iran, ce sont les mêmes gestes émeutiers destinés à ébranler le pouvoir et son ordre inégalitaire. L’intrusion de flic dans cette histoire n’est qu’anecdotique, sensationnaliste et a pour but de créer de la confusion dans les rangs de ceux qui ont intérêt à destituer le pouvoir pour un avenir meilleur.

Aussi, au delà du fait que cela soit faux, prétendre que toutes les dégradations sont le fait de policiers, c’est nier les milliers de personnes qui depuis des mois ont mis leur corps en jeu dans cette révolte. Ceux qui en ont payé le prix fort, aussi bien juridiquement que physiquement. Christophe Dettinger n’était pas un flic infiltré. Ceux qui ont défoncé la porte d’un ministère avec un transpalette non plus. Bref, participer à cette construction fantasmatique, c’est invisibiliser ceux qui ont fait le choix de se battre pour une société plus juste, y compris par des moyens offensifs et dangereux pour eux.

On l’a bien vu dans les soulèvements aux quatre coins du monde. C’est bien en partie la destruction des symboles d’un système en place, banques, grandes surfaces, assurance, statues du pouvoir, etc, qui a permis de stopper les réformes neo libérales.

Le fait qu’elle se fasse masquée est une emmerde pour les enquêtes policières. D’ailleurs, les GJ l’ont bien compris. Face aux nombreuses images qui circulent après chaque manif, face aux arrestations massives et aux condamnations (parfois pour simple fait d’avoir été présent sur une manif sauvage), de plus en plus de manifestants font le choix de s’anonymiser au plus possible. Et pour cela, rien de mieux que de s’habiller en noir et de se couvrir le visage. C’est une simple tactique. Cela ne veut pas dire que des GJ sont devenus BB. Ou que les BB ont infiltré les GJ. Et s’il y a moins de gilets jaunes dans les manifs, surtout à Paris, c’est tout simplement parce qu’il y a eu des centaines (milliers) de GAV pour simple port d’un GJ (ou même l’avoir dans son sac à dos). Certains ont même reçu des amendes ! Donc oui, quand on criminalise à ce point la contestation sociale, il ne faut pas s’étonner que de plus en plus de personnes adopte les techniques minimisant les risques d’être victimes d’arrestations et de condamnations !

Aussi le masque permet de projeter les pires fantasmes. Et la police ne s’en prive pas pour transformer l’expression d’une colère sociale en acte soit disant barbare et non assumé, donnant ainsi les éléments de langage à la pensée bourgeoise qui n’imagine pas qu’on puisse vouloir s’en prendre à la société inégalitaire qu’elle a construite. On le sait, le masque est à double tranchant. A la fois fantasme pour véhiculer une détestation et en même temps véritable tactique efficace pour ne pas être identifiable par la police de l’ordre bourgeois.

Plus que jamais, il convient donc de casser cette construction de flic BB et cette opposition entre bon manifestant et mauvais. Ce qui est mauvais, c’est cette société. Ce qui est bon, c’est notre solidarité et le respect de nos différences. Et c’est seulement cela qui pourra faire vaciller le système.