LA RÉACTION EN CHAINE2 min

Un petit cours de physique nucléaire ne nous fera pas de mal pour la manif nationale de demain. Le texte qui suit a été glané sur les internets et répond à l’étouffement que connait chaque manif qui s’engouffre dans le dispositif sur-armé de la police et qui transforme chaque manifestant en chiffre, à l’instar de ce qu’on connait déjà dans notre quotidien : 

“Plusieurs manifs à 200 dans une ville c’est mieux qu’une seule manif à plusieurs milliers.”

Il est urgent de changer de stratégie si nous voulons gagner cette lutte :

Plusieurs manifs à 200 c’est une désorganisation du dispositif policier, une capacité de mouvement retrouvée et une autonomie plus grande dans l’action. Et c’est dans le désordre qu’une lutte se gagne. Alors plusieurs cortèges avec différents points de départs pourraient ne jamais rejoindre le cortège principal.

Le désordre c’est joyeux. Et ce n’est pas nécessairement briser des glaces, ou brûler des poubelles, c’est aussi : (EDIT : La nous pensons qu’il s’agit d’un fin stratagème pour palier la censure, mais la liste est bien plus infinie et croustillante en vrai 😉 )

– jouer à 1.2.3 soleil à un feu rouge
– jouer à la marelle sur un passage piéton
– s’assoir à un carrefour
– aller faire coucou à ceux qui prennent le trains
– prendre la ligne 14 ou la ligne 1
– débrayer les facs
– chanter sous les balcons
– aller saluer les partis politiques
– faire du lèche-vitrine aux grands magasins
– pique-niquer sur la voie de bus

La manif est une action et pas une opération de communication. Cela ne sert à rien de se plaindre des centrales syndicales et ensuite aller s’agglutiner dans un même cortège, hyper-canalisé, qui a une capacité de perturbation très limité. Il ne faut pas confondre l’unité dans la grève avec l’unité du cortège.

Le matin il y a plusieurs départs de cortèges, qui tous convergent vers la manif principale, pour ensuite s’y trouver bloqués et c’est l’erreur. S’il n’y a pas assez de monde pour un cortège unitaire, réellement efficace, il y a assez de monde pour plusieurs cortèges. A paris, par exemple, jeudi dernier, 800 personnes ont marché de Mairie de Montreuil à Gare de l’est, ils auraient pu continuer leur trajectoire et ne pas rejoindre le cortège principal où ils se sont retrouvés bloqués.

réaction en chaine