VIOLENCE. QUI EST LÉGITIME ? SOUTIEN À FARIDA4 min

Macron l’a dit : nous sommes en guerre. Reste à savoir contre qui. Et avec qui. Mardi 16 juin à Paris, l’image de Farida violemment interpellée par la police a fait couler beaucoup d’encre.

De nombreuses personnes sont choquées par la violence de l’interpellation d’une soignante de 50 ans, qui a lutté pendant 3 mois pour soigner des patients du Covid, et qui a même été atteinte de la maladie.

Mais d’autres sont surtout choqués que certains puissent prendre sa défense alors que quelques minutes avant, elle faisait des doigts d’honneurs à la police et a même lancé des cailloux. Les médias et l’extrême droite se déchainent depuis quelques heures pour salir Farida et rendre son interpellation violente “légitime”.

Méprisés pendant leur mobilisation débutée il y a plus d’un an pour exiger plus de moyens et soudainement érigés en « héros » par ceux qui ont baissé les budgets, supprimé des milliers de lits, appauvri les personnels soignants pourtant déjà plongés dans le désespoir avant le covid. Pendant des mois, on a applaudi les soignants. On a dit que leur précarité était scandaleuse. Que leur colère était légitime. On a entendu parler de “blouse blanche / colère noire”. On a lu des “plus jamais ça”. Bref, le changement radical était la seule issue pour ne pas revivre un nouveau drame comme celui du Covid 19. A la fois pour le personnel soignant, en première ligne, et pour tous les citoyens.

On sait tous depuis des mois que les manifestations, même ultra massives, sont totalement ignorées (voire méprisées) par le pouvoir. En témoigne l’énorme mouvement de grève/manif contre la réforme des retraites, qui n’a strictement abouti à rien.

Pourquoi et comment le pouvoir a-t-il pu tenir alors que des centaines de milliers de personnes étaient dans la rue et en colère ? Grâce à sa police et à la répression, notamment sur les journées les plus massives à Paris.

Rien d’étonnant si certains soignants et usagers se disent que le combat dont on parle sera forcément un combat sur le terrain, et pas à coup de grand slogan, de sonos ou d’affiches.

Alors oui, lancer une pierre sur un policier est interdit. Ceux qui se prêtent à ce type d’actions prennent donc le risque d’être arrêtés et déférés devant la justice. Mais il n’y a aucune raison de traîner une personne par les cheveux, de lui refuser sa ventoline, ou de l’empêcher de donner son nom / prénom au moment de son interpellation. C’est à la justice de décider de la gravité et de la sanction de son jeté de pierre, pas à la police. Ou alors, on est clairement plus en démocratie.

On remarquera que de nombreux médias français qui couvraient les émeutes aux USA en expliquant les dégradations et les actes offensifs par un contexte de rage et d’impuissance des populations touchées par le racisme et les violences policières ne comprennent pas ici qu’un jeté de pierre résulte du même processus. Ou que ces mêmes médias ne se sont pas indignés lorsque des policiers ont lancé des pavés sur les manifestants (à Paris et Montpellier en 2019).

De tous temps, et partout dans le monde, jeter une pierre est souvent l’un des actes de révolte le plus immédiat. Surtout lorsqu’on est devant une police menaçante. C’est évidemment répréhensible pénalement. Mais cela est parfois légitime. Et cela a été souvent “glorifié” par le passé, que ce soit en France ou à l’étranger.

La violence se mesure à la justesse de la cause. Celle des soignants qui exigent simplement d’exercer dignement et qui en sont empêchés par l’Etat et son bras armé est tout à fait noble.

Alors oui, nous soutenons Farida, et refusons de la jeter en pâture sous prétexte qu’elle a balancé une pierre sur des policiers sur équipés. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises victimes des violences sociales et économiques. Et nous refusons d’estimer que l’attitude des policiers à son encontre est “normale” au vu de ce qu’elle aurait pu faire juste avant.

SOUTIEN A FARIDA !

libérez Farida infirmière de 50 ans qui a défendu sa profession face au bras armé de l'Etat