L’ÉCOLOGIE QUI N’ABOLIT PAS LES INÉGALITÉS C’EST DU GREENWASHING2 min

Le parti des Verts a remporté plusieurs grosses villes aux municipales hier dans un contexte d’abstention historique : Marseille, Bordeaux, Strasbourg, Grenoble, Besançon ou Lyon (avec souvent quelques alliances)… N’oublions pas que les Verts, ce sont aussi beaucoup de Nicolas Hulot et autres charlatans pratiquant une écologie à l’idéologie néolibérale qui arrange la progression destructrice de la nature et du peu qu’il nous reste dans les villes.

« Il y a une écologie qui est un art d’habiter et de défendre les milieux vivants, et une écologie qui se présente comme un gouvernement de la nature et des sociétés. » C’est ainsi que commence le livre “Ecologie sans transition” de Désobéissance Ecolo Paris.

L’écologie qu’on veut, c’est celle des habitants des métropoles qui veulent respirer sans s’intoxiquer et reconquérir l’espace que le monde de l’argent leur a volé. On veut des logements dignes, de la bonne bouffe et pouvoir utiliser l’espace urbain sans que des flics viennent semer le chaos.

Est-ce que Michèle Rubirola par exemple, en tête à Marseille, va redonner la Plaine à ses habitants et expulser les promoteurs véreux d’un haut lieu de vie populaire ? Sa liste va t’elle rénover les immeubles vétustes des quartiers pauvres pour éviter un autre drame comme celui de la rue d’Aubagne ?

Ou est-ce que Pierre Hurmic par exemple, va arrêter d’expulser les squats à tire larigot comme le faisait son sinistre prédécesseur à Bordeaux ? Idem pour Lyon où des militants ont coupé hier soir le discours du Vert Bruno Bernard pour que cesse les expulsions…

L’écologie qu’on veut, c’est celle du partage de la terre et de l’abolition des inégalités avant toute chose, que ce soit à la ville ou à la campagne. A quoi bon vivre dans un environnement “Haute Qualité Environnementale” si c’est pour vivre barricadé ? Si tout autour il y a de la misère ? Si c’est l’apartheid social ?

L’écologie qu’on veut, ce n’est pas celle des startups, pas celle de la FNSEA, ni celle des bars branchés qui vendent des bières bio hors de prix pour une élite bien intégrée. Ce n’est pas celle non plus des champs d’éoliennes et de panneaux solaires qui sert de bonne conscience à un monde concurrentiel bâti sur l’exploitation et l’aménagement de chaque mètre carré de planète.

Notre écologie, c’est celle des gilets jaunes, celle qui postule que sans abolir les inégalités, ce n’est que du greenwashing.