La grande arnaque des grèves et manifs startup-Nation/Répu !3 min

En quelques années, à coup de petites réformes et changements stratégiques, le pouvoir a réussi à rendre totalement indolore les deux principaux outils de résistance du peuple : la grève et la manifestation. Et si une partie du peuple décide de lutter en dehors de ce “cadre imposé”, on l’accuse d’ultra violence, de radicalisation ou même de terrorisme !

La preuve avec la séquence actuelle : La France vient de connaitre l’une des grèves les plus suivie et longue de son histoire, notamment dans les transports. Des centaines de milliers de personnes se sont mis en grève, pendant plusieurs jours de suite, plusieurs semaines même. Plus d’un mois de grève pour les plus déterminés.

Dans le même temps, des centaines de manifs ont été organisées dans tout le pays : en journée, la nuit, en semaine, le weekend. Au moins quatre fois depuis le 05 décembre, plus d’un million de personnes sont descendus dans la rue. Les chiffres du ministère de l’intérieur, largement minorés, compte plus de 3 millions de manifestants cumulés sur les 10 manifs intersyndicales depuis le 05/12. Si on prend les chiffres des syndicats, on approche les 10 millions ! Ajoutons à cela que le mouvement a toujours été majoritairement soutenu par l’ensemble de la population.

POURTANT…
La réforme des retraites sera mise en place par le gouvernement. On pourra nous dire qu’il est totalement légitime de le faire puisqu’il a été élu DEMOCRATIQUEMENT. Mais la démocratie ne s’arrête pas au simple fait électoral, loin de là. Un pays vraiment démocratique écoute lorsqu’une partie importante de la population s’oppose à un projet aussi structurant que la réforme des retraites. Un pays vraiment démocratique donne des outils à ces personnes pour peser dans le débat même s’il ne sont pas ministre, député ou maire. Au passage, un pays démocratique n’aurait pas ignoré en 2005 les résultats d’un référendum sur la constitution européenne.

La démocratie française n’a pas interdit le droit de grève : Dans les transports, à l’école, dans les services de santé…. il a “simplement” été imposé des outils aux entreprises pour “palier” aux conséquences de la grève. Pour le bien des usagers, des élèves, des patients ou des consommateurs bien sûr. Des cadres RATP s’improvisent donc conducteurs pendant que des retraités corrigent des épreuves du Bac. Résultat, il devient quasi impossible de bloquer réellement un rouage de l’économie et du système en restant dans le cadre “démocratique” d’une grève.

Reste donc les manifs ? Même pas. Désormais, les manifs, si massives soient-elles, sont devenues des nasses géantes dans lesquelles des centaines de milliers de personnes viennent s’entasser, entourées de milliers de policiers, de barrages à chaque rues et de voltigeurs tout autour. 100 000 personnes dans les rues de Paris n’ont plus du tout la même signification que cette même mobilisation il y a 20 ou 30 ans. Les scènes des manifestants en “nasse mobile” nous ferait rire si l’on voyait ça en Chine ou en Corée du nord. On raillerait le simulacre d’opposition qu’offre le gouvernement chinois ou coréens en laissant “sortir ses citoyens” mais entourées de milliers de policiers armés comme des militaires et visant les manifestant. Mais cela se passe en France. Et personne ne rigole.

Le pouvoir a totalement infantilisé les citoyens, pour les rendre totalement inoffensifs et donc forcément docile. Il leur a fourni un cadre tellement rigide et maitrisé des modes de “protestation” que cela ressemble à la stratégie des adultes qui donnent un coussin à des jeunes enfants pour qu’ils passent leurs nerfs dessus. Et que leur colère passe sans conséquence pour les meubles du salon. Sauf que le peuple français n’est pas un enfant. Et le pouvoir encore moins leur parent. A bon entendeur.