Confinez votre peur !2 min

Tribune (anonyme)

Ce n’est pas le covid qui m’empêche et me fait peur, mais la police, c’est la police qui me fait peur, c’est elle qui m’empêche de sortir. Est-ce si compliqué de le dire ? Où faut-il encore jouer la comédie ? Et les appels à rester chez soi pour sauver l’hôpital n’auront été rien d’autre qu’une farce. Car rester chez soi ne sauve en rien un hôpital quand celui-ci est sous le coup d’une politique libérale comptable. Sans pressions populaire dans la rue aucun hôpital s’en trouverait sauvé. C’est un conte de fée que de croire un instant que l’hôpital serait sauvé par l’inaction et l’absence de manifestations, qu’il serait sauvé par le virus seul, et c’est une tartufferie majeure que de reporter à plus tard manifestations et contestations car après c’est encore d’autres problèmes. Et c’est pourquoi seule la police m’empêche de sortir et de manifester, et le dire donne une autre description du présent. Aucune adhésion, seulement une oppression, seulement une répression.

Et puisqu’il n’y aura pas de test massifs, pourquoi donc continuer ce confinement ?
Par peur de la police.
C’est la police qui nous confine. Ce n’est pas une quelconque politique sanitaire. C’est une politique libérale autoritaire qui nous confine.
A ce stade nous n’avons rien d’autre à faire que de s’équiper d’un masque et sortir. Et sortir manifester. Et c’est la police qui m’interdit de manifester, rien d’autre. Et qu’à la fin des fins c’est le droit de manifester qui aura été ainsi camouflé, retiré, pour la reconduction d’une politique libérale. Et la police n’aura jamais eu autant de pouvoir.

On se demande toujours comment un pouvoir autoritaire trouve les ressources de la servitude volontaire. Et bien regardez c’est à l’œuvre.
Il lui suffit de tisser une histoire à laquelle tout le monde est convié, un rôle pour chacun. Première ligne, seconde ligne, troisième ligne. Une belle distribution. Et c’est dans la terreur de l’uniforme planqué là dans l’ombre que chacun joue.
Mais je vous le dis, je ne veux plus jouer. Et je ne vois que de mauvais acteurs, de faux dévots, des tartuffes et beaucoup de gens terrorisés se racontant la nuit tombée le sauvetage des hôpitaux, s’applaudissant chaque jour, se donnant du courage, dans cette mauvaise comédie pour ne pas affronter la police, lui faire face.

Car c’est la vérité. Le pouvoir ne tient plus que par sa police. Vrai plus que jamais, une fois la comédie défaite.