On a visité le futur proche. On vous raconte !6 min

A quelques heures du déconfinement et du monde d’après, voici une vision pour le moins sombre du futur. Sombre mais totalement crédible. Ce qui pourrait se passer si aucun soulèvement majeur ne s’opère pour bloquer les processus économiques et répressifs en cours. On a visité le futur proche, et on vous raconte :

16 MAI – Premier samedi post confinement. De nombreux appels (GJ mais pas que) à ressortir dans les rues, notamment à Paris. Les rassemblements restent interdits. La préfecture et le ministère de l’Intérieur communiquent massivement là-dessus, arguant de danger sanitaire. Résultat, 400 personnes à Paris, qui n’arriveront même pas à se rassembler vu l’arsenal policier mobilisé. Au moindre attroupement de 20 ou 30 personnes, la police nasse, verbalise, et emmène certains en GAV. Cela n’indigne pas grand monde.

21 MAI – Création de 50 Centres de Rétention Sanitaire (CRS) répartis sur le territoire et destinés à mettre en quarantaine les arrivants hors espace Schengen. Le principe des CRA s’étend pour gérer les potentiels malades étrangers.

25 MAI – Le gouvernement annonce prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’à fin octobre. La courbe des nouveaux cas et des décès continue de baisser de façon très encourageante mais le pouvoir annonce craindre une seconde vague, peut être encore plus forte que la première.

01 JUIN – Fin du chômage partiel pour cause de garde d’enfants. 15 millions de parents sont contraints de remettre leurs enfants à l’école et retournent au travail. La mesure est ressentie comme une double peine touchant les foyers les plus modestes. Parents et enfants sont désormais susceptibles de ramener le covid à la maison.

02 JUIN – Les syndicats appellent à une grosse journée d’action pour le service public et contre la réforme des retraites. Du monde, mais moins que début décembre. La manif est totalement entourée d’une nasse mobile policière, comme lors des précédents rassemblements. Le gouvernement communique sur de nouvelles primes de fin d’année pour les soignants, les pompiers et la police.

08 JUIN – Panique générale avec un nouveau krach boursier à Paris et sur les principales places financières du monde. Le CAC descend à son plus bas niveau depuis 2003.

12 JUIN – Le ministère du Travail annonce des mesures pour faire face à la crise économique et, selon lui, éviter trop de fermetures d’entreprises. Cela se concrétise par une application stricte du code du travail version 2016 et la facilitation des licenciements en masse (du droit du travail; des baisses de cotisations et la fin des 35h). Et également évoqué, sans être voté, la suppression d’une semaine de congés payés.

21 JUIN – Trois policiers de la BAC de Nantes se filment dans la base de loisirs de la Roche-Ballue, non loin de la métropole. L’un d’eux mime une noyade devant ses collègues, hilares. La vidéo, postée sur le profil Instagram de l’agent, provoque immédiatement la consternation des proches de Steve Maia Caniço, mort dans la Loire un an plus tôt, suite à une charge de la police lors de la Fête de la Musique. Aucune mise à pied ne serait prévue à ce jour.

03 JUILLET – Remaniement ministériel : Lallement devient ministre de l’Intérieur, Strauss Kahn est nommé à la Culture. Et le Premier Ministre est désormais… Nicolas Sarkozy !

14 JUILLET – Des opposants tentent de manifester sur les Champs-Elysées, comme en 2019. Mais les ordres venant d’en haut, afin de ne pas revoir les images de l’an passé, ont pour conséquence un véritable carnage. Dès le matin, tous ceux qui semblent être venus pour manifester et non pour acclamer Macron sont arrêtés : charges, lacrymo, LBD. Avant même le défilé, de nombreuses violences. Un jeune de 17 ans, militant écolo et GJ, perd un œil suite un tir de flashball. Un autre manifestant, âgé de 63 ans, reste trois jours dans le coma suite à une grenade de désencerclement (GM2L, remplaçante de la GLI-F4), ayant explosée au niveau de son torse alors qu’il était au sol.

15 JUILLET – Tous les recours juridiques contre l’usage de drones ont été déboutés. La police annonce l’embauche et la formation de 950 pilotes de drones supplémentaires.

07 SEPTEMBRE – Rentrée des classes un peu spéciale. Depuis le 1er déconfinement du 11 mai, le mouvement des professeurs itinérants Proferrants (en hommage à l’auteur Alain Damasio) a essaimé partout en France. Des milliers d’enseignants proposent, gratuitement, dans les quartiers populaires et les zones rurales désertées, des ballades pédagogiques pour apprendre à l’air libre. Mais de son côté, le lobby des Écoles privées et lucratives fait quasi-systématiquement stopper les cours, se référant à des textes de loi sur la protection de l’enfance et la sécurité à l’éducation.

11 SEPTEMBRE – Le gouvernement soumet son nouveau grand projet de loi santé, taillé pour affronter les épidémies futures. Peu d’investissement dans les salaires et les moyens matériels des soignants, mais une mesure phare : la généralisation de la collecte de données médicales (“tracing”) et leur partage via des plateformes ouvertes aux assurances maladie privées, aux banques et aux GAFAM.

3 NOVEMBRE – Réélection, haut la main, de Donald Trump à la Maison Blanche, le tout sur un programme encore plus outrancier. En ces temps de crise, il affirme que seule la survie (économique, sociale et religieuse) de l’Amérique compte. Plus que jamais, les murs se dressent et les frontières se durcissent.

30 NOVEMBRE – La 2ème vague n’est toujours pas arrivée, les brigades sanitaires ont de moins en moins de suspects atteints du covid à traquer, mais l’application stopcovid fonctionne depuis juin et commence à obtenir le graph social de tous les individus. L’État y voit une aubaine pour pouvoir enfin tout gérer au millimètre et devenir un des premiers “gouvernement parfait” de l’histoire.

05 DÉCEMBRE – Devant une crise économique sans précédent, beaucoup de foyers se retrouvent sans rien à manger. En vogue la nouvelle mouture de l’application de l’État permet à quiconque de devenir manager d’immeuble, de rue ou de quartier et d’obtenir des crédits pour la banque alimentaire ou des avantages sur les factures énergétiques avec les compteurs intelligents Linky. Filmer une infraction rapporte ainsi 5€, obtenir les coordonnées du contrevenant 5€ de plus. Faire un rapport étayé sur un individu ou un groupe qui aurait des projets contre l’État peut rapporter jusqu’à 400€. Les meilleurs d’entre eux sont recrutés par LREM et obtiennent des emplois stables avec des droits à la nouvelle couverture sociale créée par Blackrock.

14 DÉCEMBRE – Nouvelle étape dans la censure des médias critiques envers le pouvoir. En lien avec Facebook et Google, le gouvernement a désormais la possibilité de demander la fermeture des comptes Facebook et Youtube si les services de renseignements fournissent des éléments portant à penser que ces comptes portent atteinte à la sécurité nationale. Résultat, la semaine qui suit, Nantes Révoltée, Rouen dans la Rue et Lille Insurgée voient leurs pages Facebook et Youtube fermées, sans aucun recours possible. Certains administrateurs sont convoqués par la police pour incitation à la haine et promotion du terrorisme. Peu de réaction, notamment chez les médias de masse ou dans la classe politique.

« La vérité, c’est qu’il y a une quantité incroyable de gouttes qui ne font pas déborder le vase. »
Romain Gary