Témoignage : quand les normes sanitaires mettent en danger les personnes fragiles3 min

Le témoignage d’E. gérante d’un poney-club au Pays-Basque.


Poney club fermé depuis le 17 mars.

Un discours d’une heure et tout le monde enfermé chez soi, comme si tout individu avait un bracelet électronique. Aujourd’hui on nous ‘autorise’ à ouvrir. En réalité on nous oblige étant donné qu’à partir de juin il n’y aurait plus d’aides, et que pour un bon nombre de centres équestres c’est de survie qu’il s’agit. Des protocoles de dingues à mettre en place, et tous les 2 jours, en bon pervers narcissique, le gouvernement donne des injonctions contradictoires ou modifie pour un détail ce que nous avons déjà mis en place.
On me demande de désinfecter tout le matériel, je me retrouve avec une responsabilité démesurée sur les épaules, et par contre lorsque je suis obligée d’aller dans un supermarché… je n ai jamais vu, depuis le début de tout ce foutoir, désinfecter un boîtier de carte bleue ! Combien de personnes par jour les touchent ??
On nous donne des consignes hallucinantes : 5 m de distance entre les enfants à pied ! Les gamins ont été privés de tout pendant 2 mois à cause du manque de moyens (de protection et de tests) et de la gestion absurde de la crise sanitaire, et maintenant ils ne peuvent plus faire de sport ? Et ils restent dans ces carrés peints dans les cours des écoles pendant les récrés… Violence.
Nous devons respecter la distance de 1 m, ce qui implique de ne plus pouvoir recevoir les jeunes en équithérapie. Ceux que nous recevions sont en demande réelle et urgente. La coupure des soins pour certains enfants autistes, fragiles, enfants d’ITEP obligés de retourner dans leur famille avec des éducateurs faisant leur job en télétravail : aberration !!! Violence.

Tous ces jeunes en difficulté ont besoin de soins et d’attention. Etant un lieu accueillant du public, on nous interdit de nous occuper d’eux alors que dans bien d’autres lieux les distances sont totalement oubliées… Il y a des régressions, des rechutes, des pétages de plomb… et nous, pour des questions d’assurances, nous sommes impuissants…
Ça suffit d’être séparés, isolés !!
Nous sommes adultes et en prenant les précautions nécessaires nous pourrions prendre soin de ces enfants qui ont besoin de contact, d’amour et du lien avec les chevaux !
Nous avons fait ce matin notre première séance d’équithérapie adulte. L’état de tensions, de pression et d angoisses est très dur à constater… Des personnes très fragiles mais sur un chemin de mieux-être ont fait un recul dans leurs parcours de vie qui est réel et mesurable. L’isolement.. violence !

Je suis en colère, en rage, et je souhaite par dessus tout en faire quelque chose de constructif, me mettre à l’action sans être aveuglée mais au contraire portée par cette énergie radicale et vitale. Ne nous laissons pas séparer : solidarité et action !