8 mesures pour abolir la police4 min

Ce texte et ces visuels sont une traduction (et adaptation à la situation française) du projet américain 8ToAbolition.
Réalisé par Anarchaud

Un monde sans prisons ni police, où nous pouvons être en sécurité.
Nous croyons en un monde sans meurtre policier car sans police.
L’Abolition ne peut pas attendre.

8 parties :
1. Démanteler la police,
2. Démilitariser les communautés,
3. Interdire le fichage,
4. Libérer les prisonniers prisonnières,
5. Abroger les lois qui criminalisent la survie,
6. Investir pour l’autonomie de la communauté,
7. Fournir un logement sûr à tous toutes,
8. Investir dans l’entraide, pas dans la police.

1. Démanteler la police :
Exiger la baisse du budget de la Police jusqu’à ce qu’il soit de zéro ; Exiger que la Police soit responsable des fautes et des recours à la violence ; Supprimer l’IGPN, IGGN ; Réduire le pouvoir des syndicats policiers ; Abolir les programmes et lois de confiscation des biens ainsi que l’outrage à agent ; Mettre fin à la prise en charges des frais judiciaires de forces de l’ordre et leurs proches par l’Etat ; Retirer toutes les technologies de surveillance ; Retirer la Police de toutes les écoles ; Interdire les plans d’innovation privé-public qui bénéficient de correctifs technologiques temporaires pour des problèmes systèmique d’abus et de violences policières.

2. Démilitariser les communautés :
Désarmer les forces de l’ordre, y compris la Police, les Gendarmes et la Sécurité Privée ; Mettre fin aux contrats entre la police et les compagnies privées qui fournissent des technologies de surveillances aux forces de l’ordre ; Renoncer aux programmes de militarisation de la police ; Interdire les formations militaires aux forces de l’ordre et séparer la Gendarmerie de l’armée ; Cesser l’exportations d’armes ; Abroger toutes les lois qui protègent, excusent ou permettent les fautes policières.

3. Interdire le fichage :
Cesser les contrôles d’identité, le délit de faciès, le fichage des populations ; Interdire le relevé des empreintes et de l’ADN ; Interdire les applications policières permettant le fichage notamment des personnes LGBTIQ+ ; Démanteler la BAC, la BRAV-M ; Mettre fin au plan VIGIPIRATE et abroger les états d’urgence ; Interdire la Fiche S sur la base de soupçons racistes et à but politique ainsi que les accusations infondées pour “apologie du terrorisme” ; Interdire les perquisitions et les assignations à résidence arbitraires ; Mettre fin aux comparutions immédiates.

4. Libérer les prisonniers prisonnières :
Fermer de manière permanente les prisons et les CRA ; Libérer les prisonniers prisonnières médicaux des hôpitaux… ; Mettre fin aux arrestations obligatoires qui mènent à la criminalisation des survivantes de violences genrées ; Rejeter les “alternatives à l’incarcération” qui sont carcérales par nature ; Réduire le nombre d’arrestations ; Baisser les financements des bureaux des procureurs ; Mettre fin à la détention provisoire, aux surcis ; Libérer toutes les personnes en détention provisoire et pour violation de la libération conditionnelle ; Rendre libres toutes les communications entre et par les prisonniers prisonnières ; Mettre fin à la détention des personnes immigrées, à leur criminalisation et laisser les personnes sans-papiers venir chez elles.

5. Abroger les lois qui criminalisent la survie :
Abroger les lois criminalisant les personnes impliquées dans le travail du sexe, la vente de drogue et l’économie de rue ; Abroger les lois criminalisant l’occupation de l’espace public, en particulier pour les personnes sans-abris et les gens du voyage ; Abroger les statuts qui criminalisent les survivantes de violences genrées ; Mettre fin aux amendes et redevances associées aux procédures judiciaires pénales ; Abroger les lois sur l’absentéisme précarisant les étudiants étudiantes bousiers boursières au Crous ; Abroger les lois contre la dissimulation du visage, y compris le port du voile.

6. Investir pour l’autonomie de la communauté :
Favoriser les conseils de voisinage comme corps représentatif au sein de la prise de décision municipale ; Déterminer les besoins de la communauté et investir dans des ressources à base communautaire ; Investir dans des approches de la santé public à base communautaire, y compris la prévention non-carcérale de la violence comme les programmes d’intervention et l’éducation basée sur les compétences lors d’interventions de témoins, le consentement, les limites et des relations saines.

7. Fournir un logement sûr à tous toutes :
Annuler le loyer sans charges de remboursement pendant le COVID-19 ; Réutiliser les bâtiments, maisons, appartements vides et hôtels pour loger les personnes sans-abris ; Interdire les expulsions ; Fournir un soutien sans équivoque aux personnes réfugiées et aux communautés cherchant l’asile ; Assurer que les survivantes des violences genrées aient accès à des options de logement alternatives ; Fournir des options de logements non coercitives pour les jeunes LGBTIQ+ victimes d’abus ou de rejets par leur famille.

8. Investir dans l’entraide, pas dans la police :
Investir dans l’enseignement et la santé, mentale y compris et soutenir les plannings familiaux ; Transport public gratuit ; Mettre fin à l’inégalité de financement des écoles en fonction de leur appartenance aux banlieues ; Installer des toilettes publiques gratuites sécurisées et non-genrées ; Assurer l’investissement des banques alimentaires, des coopératives d’épiceries, des jardins et des fermes à base communautaire ; Investir dans des programmes de jeunesse qui promeuvent l’apprentissage, la sécurité et le soin communautaire.