MULTICOLORES SOUS NOS CAGOULES ! discours contre l’impérialisme, le colonialisme et le capitalisme6 min

Quand la sincérité est une arme fédératrice, un uppercut pour le parti de l’ordre. La scène se passe le 20 juin, lors de la commémoration pour Lamine Dieng. Ian du collectif Désarmons les, livre un discours coup de poing, une parole de combat rappelant que du black bloc aux luttes anti-colonialistes en passant par les émeutes de banlieues, il n’y a qu’une force multicolore et populaire qui se dresse pour l’émancipation, contre l’impérialisme, le colonialisme et le capitalisme.

Merci à SmartShoot78 et Street Live, pour les images

Je m’appelle Ian, je fais partie d’un collectif qui se bat contre l’Etat et ses milices, Désarmons-les.

Je suis venu parler de notre histoire, de résilience et d’insurrection.

Il faut se rappeler d’où on vient pour comprendre ce qu’on est devenus.

Moitié allemand, je suis le petit-fils d’un sous-officier de l’armée nazie. On ne choisit pas son passé familial. Mais c’est en regardant l’histoire en face qu’on apprend. C’est en la regardant que je suis devenu antifasciste. Pour ne jamais reproduire les saloperies du passé.

Cette semaine, nous avons pleuré la mort de l’un des témoins de cette lointaine période en noir et blanc, Maurice Rajsfus. Maurice était un grand homme de famille juive qui a voué sa vie à dénoncer l’institution policière après que ses parents ont été déportés par la police française et assassinés dans les camps nazis. Je suis heureux d’avoir croisé le chemin de Maurice qui, sans le savoir, m’a permis de boucler une boucle. Si je pouvais, je lui rendrai un hommage dans toutes les langues du monde.

Car il faut aussi savoir regarder ailleurs, hors des frontières, pour comprendre ce que le mot « système » signifie. Violence systémique, racisme systémique…

Le 26 juillet 2014, j’ai vu un homme de 17 ans se faire tuer devant moi en Palestine, lors d’une manifestation devant le check-point de Qalandia, la tête perforée par une balle israélienne. Son nom était Muhammad Al-Araj. Une opération de maintien de l’ordre, dans une démocratie. Cette année a été pour moi la confirmation que le colonialisme, c’est la mort. Car le colonialisme, c’est l’extension du capitalisme par la violence armée.

Et ce colonialisme se poursuit, ici, maintenant, dans les quartiers populaires d’une part, mais aussi dans l’esprit nauséabond d’une partie importante de la population française.

A l’heure où l’exécution insoutenable de George Floyd a réveillé le souvenir des luttes noires américaines, il faut relire et réécouter les Black Panthers, Frantz Fanon, Angela Davis, pour comprendre qu’on ne combat pas le capitalisme sans combattre le racisme, et qu’on ne combat pas le racisme sans combattre le capitalisme. Et dans la sagesse politique de ces révolutionnaires noirs, il y avait un universalisme puissant qu’on tend à oublier : à cette époque, Alger était la mecque des Révolutionnaires, et toutes les couleurs de peau menaient un combat commun contre l’impérialisme, le colonialisme et le capitalisme.

Il est temps de se le dire : nous sommes tous légitimes dans ce combat !

En 2005, il y a exactement 15 ans, lors du contre-sommet du G8 en Ecosse, j’ai participé au Black Bloc, constitué à mes yeux des seuls êtres politisés qui ne négociaient pas leurs droit d’exister avec les autorités. Et derrière le noir des cagoules, il y a des êtres multicolores. Le Black Bloc existe aux USA, à Hong Kong, à Beyrouth et à Santiago. Pour eux, pour nous, il s’agit de rendre coup pour coup, de répondre à la violence hégémonique de l’Etat, qui s’abat au quotidien sur tous les pauvres. Des pierres contre des fusils.

« Tant que la Justice ne sera que violence, la violence du peuple ne sera que justice »

Fin 2005, je me suis donc trouvé tout naturellement aux côtés des émeutiers de banlieues qui, suite à la mort de Zyed et Bouna, ont laissé exploser leur légitime colère face à la saloperie de ce monde, qui honore les tortionnaires et écrase les humbles. Etions-nous de la racaille ? Oui, nous en étions !
Des pierres contre des fusils.

Sarkozy a été notre cauchemar.
Un mois après son investiture, sa police étouffait Lamine Dieng.

Six mois plus tard, sa police tuait Laramy et Moushin en tamponnant leur moto à Villiers le Bel, entraînant, comme à chaque fois que la police tue, son cortège d’émeutes.

Des émeutes écrasées avec le consentement muet de la majorité, cette même majorité qui s’est tue lorsqu’on déportait des juifs, qui s’est tue encore quand on jetait des Algériens dans la Seine, celle-là encore qui est sortie dans la rue par milliers pour soutenir l’escroc De Gaulle et mettre fin à la révolte de mai 68, trop effrayée par la liberté. Cette majorité qui écoute docilement les immondices de CNews et BFM TV.

En 2007 toujours, le Lanceur de balles de défense faisait sa première victime, crevant l’oeil d’un lycéen de Nantes, Pierre. Nous venions d’entrer dans l’ère du Flashball.

Moi cette année là, je découvrais les violences policières contre les migrants de Calais. Je dormais avec un groupe d’amis afghans et presque chaque matin, les CRS venaient les réveiller à renfort de matraque et de gaz en criant
« Café croissants ! ». Hilares.

Humour de porcs, comme en 42. Etonnament, on ne crie plus CRS-SS. Est-ce trop radical ?
La police humilie, frappe, mutile et tue. C’est son métier, où qu’elle se trouve.

Alors si l’on prétend combattre les violences policières, il faut s’attaquer radicalement à leur source : l’Etat lui- même, où qu’il se trouve ! L’apartheid ne vise pas qu’une couleur, il s’adapte en fonction du contexte : l’Etat neutralise indistinctement tous les corps indociles, dans une guerre de basse intensité.

Ce que j’appelle de mes vœux aujourd’hui, ce n’est pas une réforme de la police. Il ne s’agit pas de remplacer la guillotine par la chaise électrique ou la clé d’étranglement par le taser !

De la même manière que le capitalisme, la police n’est pas réformable. Ils doivent être abolis.

Et pour les abolir, nous n’avons pas le choix. Je suis de la génération Zyed et Bouna. Ce n’est pas d’une fausse révolte instagramable que nous avons besoin, mais d’une intifada globale. Des ghettos juifs de 42 aux camps de réfugiés palestiniens et syriens, des quartiers de Beyrouth à ceux de Minneapolis, des rues de Santiago à celles d’Alger, Paris ou Argenteuil.

A Désarmons-les, nous travaillons ces liens, patiemment et avec humilité. Que l’Etat se tienne sage !

Hommage à toutes les victimes de crimes racistes et sécuritaires !