Tout est question de fric !4 min

Nous voilà rendus à la cage départ. La cage du confinement. Pour la bonne cause, pour sauver des vies. Sauf que désormais, on sait que cette crise sanitaire inédite ne provoquera pas de remise en cause globale du système. Au printemps, l’intensité du choc nous a permis de rêver à une prise de conscience massive et à un monde d’après différent. Vraiment différent.

Que s’est-il passé depuis ? Pas grand chose. Si ce n’est que la société est devenue encore plus sécuritaire et encore plus libérale. Aucun plan massif d’investissement dans la santé et dans l’hôpital public. Ni dans l’éducation. Aucun changement politique majeur concernant le réchauffement climatique.

Pourtant, il serait faux de dire que rien n’a changé. Les conséquences des mesures liées au Covid sont énormes. Et nous n’en voyons que les prémices. Au moins un million de Français-es ont basculé dans la pauvreté cette année et des millions de personnes vont être au chômage. Des centaines de milliers vont tomber dans l’extrême pauvreté. Des dizaines de milliers de petites entreprises vont fermer. Des personnes vont être expulsées de leur logement. En fait, l’énorme crise n’est pas encore arrivée. Mais elle est inéluctable. C’est une question de semaines. De mois tout au plus.

On pourrait se dire que c’est terrible mais qu’on n’y peut rien. Que c’est la faute au virus et qu’il fallait de toute façon prendre des mesures pour éviter des dizaines de milliers de morts supplémentaires.

En effet. Mais surtout, il ne faut pas oublier que, depuis le début de cette crise, les plus riches mettent tout en œuvre pour éviter d’être eux aussi des perdants de cette séquence. N’oublions pas qu’en mars, l’Etat a pris d’énormes mesures pour faire cesser le krach boursier. Pour rassurer le Cac 40 : baisse des taux d’intérêts, aides, allègement des charges… Le gouvernement a donné des milliards aux plus grands groupes. Officiellement pour sauver de l’emploi. Sauf qu’on connait bien la chanson. Cela n’empêchera pas les licenciements.

Le grand problème, c’est que ces milliards donnés aux ultras riches, ce sont autant de milliards qui n’ont pas été mis dans la santé, dans l’école, dans tous les services publics. Autant d’argent qui ne sera pas disponible pour éviter à des millions de personnes de tomber dans la pauvreté. Il n’y a pas d’argent magique ma petite dame !

Il faut donc le redire : tout est question d’argent. S’il n’y a toujours pas plus de lits à l’hôpital ou de personnel de santé, c’est une question de fric. Si le gouvernement a choisi de laisser les enfants aller en cours à la rentrée, c’est une question de fric. S’il n’y a pas eu assez de centres de test et que les délais de résultat ont parfois dépassé deux semaines, c’est une question de fric. S’il n’y a quasiment aucun travaux de ventilation dans les bâtiments publics, c’est une question de fric.

Jeff Bezos a vu sa fortune augmenter de plus de 80 milliard depuis la crise. Les milliardaires français sont, avec les chinois, ceux qui ont vu leur fortune le plus augmenter ces dernières années. Cela ne tient pas du hasard.

Les émeutes actuelles en Espagne et en Italie partent d’un refus des restrictions sanitaires mais s’ancrent dans une colère face à la misère sociale du plus grand nombre. Il y a quelque chose de désormais insoutenable à comprendre que les gouvernements occidentaux ne gèrent cette crise qu’au prisme des élections et du profit des plus riches. Leur objectif, c’est que cette crise ne change rien dans le système actuel, dont ils profitent eux et leurs amis. Mieux, si la crise du Covid peut permettre de renforcer les dispositifs de contrôle pour éviter la contestation sociale tout en cassant le droit du travail… c’est gagnant/gagnant !

On ne va pas se mettre à rêver d’une prise de conscience générale qu’un autre monde est possible. Les derniers mois nous ont montré le contraire. Et l’acceptabilité par la population des mesures contraignantes du gouvernement démontrent que sa stratégie paie. Pour l’instant.Un sondage IFOP début novembre, montre que plus de 7 Français sur 10 sont prêts à rester confinés pendant les fêtes de fin d’année.

Par contre, la réalité sociale qui est en train de se mettre en place va forcément aboutir à des colères difficilement canalisables par les structures politiques et syndicales. Reste à savoir si ces colères sauront se focaliser sur les vrais responsables. Ou si le système réussira, encore une fois, à trouver un bouc émissaire pour canaliser cette colère et se maintenir en place…