Le pouvoir de la censure8 min

La puissance des GAFAM au service du pouvoir.

 

Depuis la prise du Capitole par des millitant·e·s pro-Trump à l’appel du futur ancien président des États-Unis lui-même, le débat public se cristallise autour de la censure dont Trump est victime sur les différents réseaux sociaux.

Facebook, Twitter, Instagram ont tous les trois mis un terme à la frénésie numérique de Donald Trump, amenant une question clivante. Faut-il le censurer ?

Pour lever toute ambiguïté sur notre position – il suffit de nous lire pour la connaître – Trump nous répugne. Sa ligne sexiste, raciste, identitaire, conservatrice, et son libéralisme autoritaire sont tout ce que nous combattons, chaque jour. Et, au plus profond de nous, nous nous réjouissons de voir un tel ennemi réduit au silence médiatique.

Pour autant, la censure nous interroge.

À qui profite-t-elle ? Que nous dit elle sur la puissance des Mark Zuckerberg & Co ? Faut-il laisser à des entreprises privées, au fonctionnement capitaliste et vertical la possibilité de brider l’expression ? Faut-il nous réjouir d’une telle décision ou nous en inquiéter ?

 

Qui est victime de la censure des réseaux sociaux ?

La censure sur les réseaux sociaux ne date pas d’aujourd’hui, et si elle est inédite dans son ampleur par le fait que le futur ex-président de la première puissance mondiale en soit victime, il y a des précédents inquiétants.

Rappelons-nous des censures et des baisses d’audience que les pages militantes proche du mouvement des gilets jaunes et du mouvement autonome – a l’instar de cerveaux non disponibles – ont connues au cours de l’été et de l’autonome 2019.

Des pages Facebook relayant les mobilisations et relatant des évènements du contre-sommet du G7 avaient été réduites au silence plusieurs semaines pour des raisons restant plus d’un an plus tard sans réponse.

Sur Twitter, plus récemment, divers compte de journalistes ou de militant.e.s ont été bloqués suite à des tweets. Le journaliste de “Là bas si j’y suis”, Taha bouhafs en est l’une des plus fréquentes victimes. Révélateur de l’affaire Benalla, tweetos chevronné n’hésitant pas à révéler la présence de Macron dans une salle de théâtre, régulièrement contrôlé, fouillé, intimidé, parfois placé en garde-à-vue pendant l’exercice de sa profession, son compte Twitter est très certainement assidûment surveillé par les autorités politiques et du réseau social. Ses tweets examinés et parfois supprimés lorsque qu’il “ne respecte pas la charte”.

Autre exemple de censure Twitter ayant fait grand bruit : la suppression du compte de Marcel Aiphan, relayeur de toutes les infos des luttes sociales de plusieurs milliers d’abonnés. La raison ? Une photo parodique de couverture représentant Marianne en gilet jaune, frappée par la police.

La censure avait fait monter #RendezNousMarcel en top tweet, et avait provoqué une migration de nombreux comptes Twitter vers le réseau social indépendant, libre et décentralisé Mastodon.

Si la censure des comptes de Trump peut réchauffer le cœur de celles et ceux qui luttent contre ses idées, n’oublions pas que celle-ci ne touche pas que lui, que nous, opposants au pouvoir en place, en sommes également victimes.

 

Les réseaux sociaux du côté du pouvoir

Pourquoi Trump n’est-il censuré que maintenant ? Malgré ses innombrables fake news, ses propos racistes, sexistes, incitant parfois même au viol, Trump n’a jamais ou que très peu souvent été victime de censure par les réseaux sociaux lorsqu’il était président, bien que les raisons ne manquaient pas.

La réponse est peut être ici : Trump incarnait le pouvoir, il avait en ce sens une “immunité” que lui accordaient les réseaux sociaux. Le président élu remplacera le président déchu. Donald Trump est indéniablement relégué au rang de twittos, tout au plus un opposant politique à la nouvelle présidence qui se met en place.

Les réseaux sociaux s’écraseront désormais devant le pouvoir élu qu’ils considèrent comme étant légitime, et dans quatre ans, un autre… qu’importe sa couleur politique. À la manière de la police, ils seront aux ordres d’un pouvoir puis d’un autre.

Le pouvoir de censure que les décideurs de ces plateformes ont réussi à acquérir grâce à l’hégémonie de leurs réseaux sociaux ont de quoi nous inquiéter. Comme le souligne le New York Times :

« En retirant son mégaphone à Trump, Twitter montre où se tient maintenant le pouvoir – la capacité d’une poignée de gens à contrôler nos discours publics n’a jamais été aussi évidente. Pour finir, deux milliardaires californiens ont fait ce que des légions de politiciens, de procureurs et de critiques du pouvoir ont essayé en vain de faire pendant des années : ils ont débranché le Président Trump. »

Une extinction collégialement effectuée avec les autorités. Pour reprendre le cas de la France et des liens étroits entre le pouvoir et les dirigeants des réseaux sociaux, rappelons que, en mai 2019, Emmanuel Macron recevait Mark Zuckerberg à l’Elysée pour discuter de la régulation d’Internet, alors que le parlement français se préparait à examiner une proposition de loi pour modérer les plateformes de manière plus efficace. Le PDG de Facebook était même en « tour d’Europe » des dirigeants. Quelques mois plus tard, le Patron de Facebook rencontrait de manière tout à fait cordiale Trump, qui tweeta après leurs échanges : “Bonne rencontre avec Mark Zuckerberg de Facebook dans le Bureau ovale aujourd’hui”

Si l’on peut légitimement penser que les dirigeants des réseaux sociaux ont pris un pouvoir débridé, n’oublions pas qu’il l’ont eu, en coordination avec les autorités des pays. Les réseaux sociaux servent les pouvoirs en place et les pouvoirs en place servent les réseaux sociaux.

 

Les réseaux sociaux responsables de la perte de démocratie ?

La démocratie n’était pas en meilleure santé avant Twitter et Facebook. Or, des analyses ont voulu voir dans les GAFAM le bouc émissaire idéal pour expliquer la piteuse situation dans laquelle se trouvent les plus grandes démocraties du monde.

Même s’il n’est pas bon signe qu’une plateforme privée gérant plusieurs millions, voire milliards de comptes puisse décider unilatéralement et arbitrairement la censure de tel ou tel contenu politique, n’oublions pas que la perte de démocratie et la montée des périls fascistes sont avant tout les résultats d’un système économique inégalitaire et de choix politiques pour le maintenir coûte que coûte.

Si Trump se sert habilement de Twitter, son réel pouvoir est possible parce qu’il y a un désastre capitaliste qui déclassent des millions de gens et que lui leur promet de garder leur privilège à condition d’exclure les autres.

 

Effet Streisand

Voilà un des effets pervers qu’a eu la censure de Trump, une forme de “l’effet Streisand” : le fait de vouloir empêcher la divulgation d’informations aboutit à l’effet inverse, c’est-à-dire que tout le monde en parle.

Ici, Trump se fait censurer et le débat public international est monopolisé par la question de savoir si oui ou non il fallait le censurer (nous n’y échappons d’ailleurs pas).

La question fait débat sur l’ensemble de l’échiquier politique et de la presse française. Elle pose une question que ni la justice, ni les dirigeants ne s’étaient posé auparavant bien que la censure des réseaux sociaux existe depuis longtemps.

Quelques dirigeants du secteur privées peuvent-ils se permettent de telles censures sans cadre légal ?

Chacun aura sa réponse. Et doutons-nous bien que si beaucoup se réjouiront de cette mise à néant des tweets toujours plus abjects du futur ex-président, les pro-Trump se renforceront dans l’idée d’un complot contre leur leader, et opéreront une radicalisation. Car pour eux, c’est une guerre qui se joue.

Si nous pouvons nous réjouir de la mise à silence médiatique d’un Trump dangereux, inquiétons nous d’une censure contre tout ceux qui ne font pas où plus parti du pouvoir.

 

La nécessité de s’organiser en dehors des GAFAM

Nous devons sortir des géants numériques pour privilégier d’autres réseaux sociaux, navigateur, système d’exploitation, adresse mail. Privilégions l’internet libre, décentralisé, indépendant et sécurisé.

Utilisons Ubuntu (voire Tails) plutôt que Windows ou MacOS

Mozilla Firefox (voire Tor) plutôt que Chrome, Safari ou Internet explorer

DuckDuckGo plutôt que la recherche Google

Protonmail ou Riseup plutôt que Gmail

Mozilla Thunderbird plutôt qu’Outlook

Signal plutôt que WhatsApp

Peertube plutôt que Youtube

Mastodon plutôt que Twitter

Des outils qui remplacent l’ensemble des activités numériques du quotidien à la différence qu’elles sont libres, indépendantes et sécurisées. N’appartiennent ni à un milliardaire, ni à un état.