Pass sanitaire : le problème, c’est le flicage !13 min

La vaccination n’a pour nous jamais été un problème. Elle est de facto nécessaire à l’immunisation de la communauté. Elle permet de diminuer les contaminations, d’alléger les symptômes quand elle ne provoque tout simplement pas la disparition de la maladie.
Le problème ce n’est pas les vaccins. Le problème c’est le pass sanitaire.

– Le problème c’est le commerçant qui ne sera plus un commerçant mais un micro-fasciste chargé d’écarter l’individu contaminant de son commerce. Il suffit de parler quelques secondes au patron du bar ou du restaurant d’en bas de chez soi pour comprendre l’absurdité de la mise en place du pass sanitaire : “Je n’ai pas de diplôme de flic moi” nous dit un restaurateur, “Je ne vais pas contrôler les cartes d’identité, (depuis, un amendement supprime le contrôle d’identité par les restaurateurs, mais oblige les clients à se signaler sur registre ou QR code sous peine d’amende et d’emprisonnement) ce n’est pas mon rôle, si quelqu’un veut frauder avec un pass sanitaire à un autre nom ou falsifié, il le fera.” rajoute le patron d’un bar. Tous deux sont inquiets du nouvel uniforme qu’ils doivent enfiler, et inquiets de voir leur clientèle déserter et leur chiffre d’affaires plonger de nouveau.

– Le problème c’est la récolte de données personnelles et de santé qui, bien qu’annoncée comme restant anonyme, doit nous alerter. Snowden, Assange ont révélé que des millions de données étaient récoltées et utilisées par les gouvernements dans le but de surveiller leurs concitoyens. Le projet Pegasus, révélé récemment, montre comment toutes les données de nos téléphones peuvent être récupérées, transmises et utilisées par les autorités. La récolte et l’utilisation des données personnelles est une pratique répandue et qui tend à se développer dans le monde numérisé.

– Le problème c’est la géolocalisation. Devoir scanner un QR code, à chaque endroit vivant. Chaque bar, chaque lieu culturel, chaque moment festif. S’enregistrer à chaque endroit où on est passé. Que nos données de localisation soient stockées, que chacun de nos déplacements soit connu. Le problème c’est la société de contrôle.

– Le problème c’est la restriction de circulation et la condamnation à 1 an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende à qui ne respecterait pas ces restrictions. L’interdiction, pour une partie de la population, de la culture, de la fête, du divertissement, du voyage et parfois même du travail. L’expérience de la rencontre, de la vie. Le problème c’est la division qui ne peut que
s’approfondir entre le citoyen immunisé et le paria. Demain peut-être, les restrictions s’étendront. Le bureau de vote, la manifestation, seront-ils interdits aux citoyens non-vaccinés ? Le problème c’est la société disciplinaire.

– Le problème c’est de devoir montrer patte blanche, à chaque instant. De devoir prouver l’immunité. D’abord dans les lieux collectifs, mais demain peut-être, dans l’intime. Quand le pass sanitaire sera définitivement installé, intégré à une manière de vivre, quel regard sera porté sur le non-vacciné ? La condamnation à un an de prison et 15 000 euros d’amende sous prétexte de la mise en danger de la vie d’autrui constitue la création de monstres. Le citoyen contaminant devient un danger, un criminel, il fait peur et doit être exclu. La rencontre lui sera-t-elle encore possible ? L’amitié entre vaccinés et non-vaccinés sera-t-elle envisageable ? Ne faire confiance à personne, surveiller l’autre, rester sur ses gardes. Voilà le projet de l’empire. Nous regarderons nos visages, nos bras engourdis, nos bouts de papiers ou nos QR codes attestant de notre immunité. Dans chaque regard nous nous demanderons si telle ou telle personne fait partie de l’immun ou s’il est pestiféré. Nous installons la peur de l’autre quand l’autre peut être tout le monde. Nous ne nous divisons pas en deux catégories – vaccinés ou non, mais en des millions. Chaque corps est désormais une division, il n’y a plus de communauté sans avoir la preuve de l’immunité de l’autre. Chacun est surveillant, chacun est surveillé. Le problème c’est la société de vigilance.

Quelques personnes, nous l’avons vu, ont décidé d’effectuer un parallèle grotesque entre le pass sanitaire, et la mise en place de l’étoile jaune durant la seconde guerre mondiale. Au-delà du fait qu’il s’agit là d’un affront ignoble pour les personnes victimes du nazisme, c’est de surcroît la plus médiocre des analyses. Si nous devions oser une comparaison – que nous vous proposons ici dans les grandes lignes sans en détailler tous les aspects au risque de rallonger un texte déjà fourni – la mise en place et l’extension du bracelet électronique pour les anciens détenus comme alternative à la prison semble être beaucoup plus proche de notre réalité. Le contrôle des déplacements, la menace de restrictions de circulation plus sévère encore, la vigilance portée par les autres sur le porteur du bracelet ou le non-immunisé, sont un ensemble d’éléments permettant d’effectuer un parallèle entre pass sanitaire et bracelet électronique. Discipline, contrôle et vigilance: la triple facette d’un même dispositif. Ce n’est pas si étonnant que dans le dernier rapport du sénat sur la question de la gestion des catastrophes, cette mesure soit proposée : dans le cas d’une quarantaine, il est envisagé le port du bracelet électronique pour contrôler le respect de celle-ci.

« Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel. On nous prépare d’autres fascismes. Tout un néo-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore(…). Au lieu d’être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d’une « paix » non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses, qui font de nous autant de micro-fascistes, chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu fort, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma » Gilles Deleuze, février 1977

VACCINATION & INTÉRÊTS PERVERS
La mise en place de la vaccination dans le contexte de la pandémie de covid-19 de par la mise en place du pass sanitaire est imbriquée dans des intérêts économiques, privés, individualistes pervers :

– Le problème c’est la course aux vaccins. À la manière de la conquête spatiale durant la guerre froide, la conquête du vaccin a mis en concurrence les états et les laboratoires dans une guerre aussi bien économique que d’égos, pour pouvoir se targuer d’avoir été celui qui sauve le monde de la pandémie et rapportant au passage un maximum d’argent. Il a donc fallu trouver le vaccin le plus rapidement possible et que celui-ci soit le plus efficace. Des millions ont été brusquement injectés dans la recherche du vaccin, annihilant brusquement la possibilité de tout autre recherche de traitement. Nous pouvons faire deux constats de cette course aux vaccins. Le premier est que la production de 5 peut-être 6 vaccins en une année – un record – dont certains basés sur une nouvelle technologie : l’ARN messager – considéré par certains scientifiques comme révolutionnaire – a provoqué une perte de confiance énorme envers un procédé médical vieux de plus d’un siècle et ayant pourtant révolutionné la médecine. Le deuxième, c’est que malgré des dizaines de millions de doses, nous voyons le virus circuler, se transformer – un phénomène cependant tout à fait connu des scientifiques. Pour l’heure nous ne voyons pas le bout de cette période éprouvante.

Cet exemple est frappant. Un ami raconte : « L’autre jour, ma mère vaccinée double dose depuis suffisamment longtemps était de passage dans ma ville. On ne se voit pas souvent et j’étais heureux de pouvoir la revoir. Un quart d’heure avec elle à se raconter nos vies, ce qu’on devient, c’est suffisamment rare et son passage me remplissait de joie. Elle a finalement continué sa route, nous ne nous sommes pas vus. La raison ? Elle a appris qu’elle était cas contact et a préféré ne pas prendre le risque de contaminer. »

Le vaccin, amené par le prince comme le saint-graal libérant la population de la distanciation, censé nous faire retrouver la totalité de nos gestes et nos déplacements n’a – et il fallait s’en douter – pas tout arrangé d’un coup de baguette magique. Il faut attendre, inlassablement, et subir les volontés autoritaires et libérales du pouvoir capitaliste.

– Dans cette logique, le pouvoir effectue une vaccination à marche forcée dans l’unique but d’un retour à la normale le plus rapidement possible. Par retour à la normale nous entendons non pas le retour des libertés pré-pandémie mais bien la remise en route de l’économie mondialisée tournant à plein régime. Pour ce faire, tous les coups sont permis. Jusqu’au chantage le plus abject.

– Le problème c’est l’intérêt privé, profondément individualiste. Celui qui fait qu’on va se faire vacciner pour continuer à faire la fête, à aller voir un concert, à partir en vacances, et qui par la même occasion annihile toute idée collective de la vaccination. Que quiconque ayant pris rendez-vous pour se faire vacciner après les annonces de Macron ose dire qu’il l’a fait pour l’immunité collective, pour protéger les autres, c’est une hérésie. Une doctrine consistant à faire oublier la restriction, le chantage. Car le seul but est de récupérer les droits de circulation perdus.

Il n’y a qu’à observer le nombre de rendez-vous pris sur Doctolib à la minute qui suivit les annonces de l’empereur. 1,3 millions de personnes, qui l’ont fait afin de pouvoir continuer à boire un verre, accéder à la culture, ou bien plus grave, par peur de perdre leur travail. 1,3 millions de personnes se sont empressées de prendre rendez-vous pour se faire vacciner. Il ne s’agit pas ici de condamner mais de faire un constat aussi simple qu’amer. La stratégie vaccinale mise en place est profondément imbriquée dans le libéralisme-autoritaire. Elle individualise, punit, contraint. Chacun pour sa pomme et sauve qui peut. Protéger nos vieux, on s’en foutait encore hier. Mais maintenant que cela inclut de pouvoir se prendre une bonne pinte au bar, cela devient la priorité. Échec de la communauté, victoire du pouvoir libéral et autoritaire. Le pouvoir a façonné nos existences selon ce modèle individualiste dans l’unique objectif de servir ses intérêts.

« La démocratie immunitaire est pauvre en communauté – elle en est désormais quasi privée. Quand on parle de « communauté » on entend seulement un ensemble d’institutions qui renvoient à un principe d’autorité. Le citoyen est soumis à celui qui lui garantit protection. Il se garde en revanche de l’exposition à l’autre, il se préserve du risque de contact. L’autre est infection, contamination, contagion. » Donatella di Cesare – Un virus souverain La communauté, c’est le fait d’accueillir l’altérité de l’autre. Projet fondamentalement antagoniste avec les volontés de séparation des individus auxquels nous assistons. Face à ce projet, nous devons recréer la communauté pour entrevoir la possibilité d’une immunisation désirable, afin de sortir de la crise. Vaccination ou traitement, le but est bien de mettre au premier plan de l’immunisation l’intérêt commun.

POUR L’IMMUNISATION COMMUNISTE
Les perversions organisées par l’empire pour détourner les esprits de la communauté nous ont plongés dans un monde de petites peurs façonnant nos regards portés sur l’autre. Provoquant la rétractation de nos gestes. Pour sortir la tête haute de cette crise, il nous aurait fallu une organisation de l’immunisation basé sur le sensible et la communauté. Dénuée de tout intérêt économique et privé. Basée sur la communisation des recherches scientifiques. Comprenant la suppression des brevets sur les vaccins dans le cas réformiste. Invitant à l’immunisation des populations pour soi et pour les autres. Comprendre pour la communauté. Privilégier les libertés plutôt que les restrictions. Sans pervertir nos démarches d’immunisation par un chantage grotesque.

Refuser de voir nos libertés détruites, nos corps contrôlés, nos déplacements mutilés. Sortir ensemble plutôt que seul. Retrouver ce qui nous lie. Préférer l’immunisation communiste plutôt que la vaccination individualiste, capitaliste, libérale. L’immunisation communiste s’appuie sur la possibilité pour les communautés de s’immuniser par et pour elles. C’est choisir, avec l’intégralité des données scientifiques mises en commun la meilleure façon de s’immuniser. L’important réside dans la prise de décision la plus éclairée et consentie possible.

Au vu de la verticalité des prises de décision actuelle, nous ne pouvons que constater l’antagonisme entre la vaccination libérale et l’immunisation communiste. La première sert le pouvoir, elle a pour objectif d’asseoir son autorité en contrôlant la circulation des individus. La nécessité de l’immunisation communiste réside également sur le constat simple qu’il y a une lutte des classes qui se joue ici. On ne peut que la constater en observant la décision de ne pas appliquer le pass sanitaire à l’Assemblée nationale, ou encore pour les policiers.

Également dans le fait que le métro, haut lieu de contamination, ne soit pas soumis au pass sanitaire dans la logique évidente de permettre la circulation des travailleurs et des travailleuses qui seront pourtant les plus impactés par les nouvelles contraintes disciplinaires. Encore plus violent, l’annonce par la ministre du travail de la possibilité de suspensions des contrats de travail sans rémunération pour les salariés n’ayant pas de pass sanitaire pouvant être suivie d’une procédure disciplinaire. Aussi, le simple fait que dans le même discours, Macron annonça l’extension du pass sanitaire aux lieux de vie, la mise en place de la retraite à 64 ans dans les temps à venir et la mise en application de la réforme de l’assurance chômage montre qu’il s’agit d’un seul et même projet, libéral et autoritaire.

Voilà pour nous l’intérêt de descendre dans la rue pour nous opposer au pass sanitaire. Il ne s’agit pas là d’appréhension médicale. Mais bien de philosophie, d’éthique, mais également d’une lutte sociale et libertaire. De combattre un modèle pour un autre, plus désirable.

« Il est de la règle de vouloir la mort de l’exception. Il sera donc de la règle de l’Europe de la culture d’organiser la mort de l’art de vivre qui fleurit encore à nos pieds. » Jean-Luc Godard

____
Source :
Donatella di Cesare – Un virus souverain
Gilles Deleuze – Deux régimes de fous
Michel Foucault – Sécurité, Territoire, Population
Michel Foucault – Surveiller et Punir
Vanessa Codaccioni – La société de vigilance
Sénat – Rapport Numérique Pandémie