La rue est-elle une impasse ?4 min

Depuis 10 semaines, des centaines de milliers de personnes défilent dans les rues de petites, moyennes et grandes villes françaises, pour refuser le pass sanitaire. Malgré l’ampleur de la mobilisation, le pouvoir n’est pas prêt de fléchir. Il fut un temps, pas si lointain, où des mobilisations sociales importantes pouvaient annuler des réformes impopulaires.

Mais depuis plusieurs années, le pouvoir ne cesse de rappeler que “ce n’est pas la rue qui gouverne”. Lancée par Raffarin en 2003, cette maxime a depuis été reprise par Sarkozy en 2012 (La rue n’a jamais fait la loi) puis Valls en 2016 (La démocratie, ce n’est pas la rue). Macron est sans aucun doute le président qui aura appliqué cette maxime de façon radicale. En quatre ans, le président de la Startup Nation a connu au moins six mouvements sociaux d’ampleur exceptionnelle (détail en fin d’article). Sans jamais changer sa politique.

Dans l’histoire française, la prise en compte des revendications sociales fait partie des éléments de la démocratie. Il ne s’agissait pas d’élire, puis de laisser un pouvoir faire ce qu’il voulait pendant 5 ou 7 ans. Manifester faisait partie des outils d’expression… et de pression.

Mais le pouvoir a rapidement compris qu’il avait tout intérêt à ignorer la colère populaire. Que s’il restait inflexible, semaine après semaine, mois après mois, la mobilisation faiblirait forcément. Et le mouvement s’estomperait “naturellement”. Qu’importe le mouvement, son ampleur et sa popularité

Face à cela, la pression et le rapport de force pouvait venir d’une mobilisation offensive, mettant le pouvoir devant une situation qui l’oblige à “réagir”. Ce n’est pas un hasard si le seul petit “pas” que Macron a fait en 4 ans fut au moment de la séquence la plus insurrectionnelle des GJ. Ce ne fut pourtant pas le moment où le plus de Français furent dans la rue (il y a eu plus de monde contre la réforme des retraites par exemple).

Mais pour annihiler toute nouvelle possibilité de rapport de force compliqué pour le pouvoir, Macron a choisi de militariser le “maintien de l’ordre” des manifestations. Les manifs sensibles pour le pouvoir sont ainsi devenues de véritables nasses mobiles, où les manifestants sont totalement encerclés de milliers de policiers/gendarmes. Aucun autre pays au monde n’offre un tel spectacle, véritable simulacre de démocratie. Une prison à ciel ouvert pour “manifester ses droits”.

Résultat ? Il n’est plus possible de peser sur les décisions du pouvoir en mobilisant massivement. Puisque le pouvoir s’en fout. Et sait que s’il ne réagit pas, le mouvement finira par s’essouffler. Et il n’est plus possible de peser en mettant le pouvoir en difficulté dans la rue puisque chaque manif déclarée est une nasse. Et que tout appel non déclaré est violemment réprimé : arrestations, charges, amendes, GAV, LBD, lacrymo, BRAV M…

Face à ce constat d’échec, nous n’avons clairement pas de solution miracle. Mais reconnaitre l’impasse des manifs déclarées permettrait déjà de tenter de construire différemment les mobilisations futures.

Qui, parmi ceux qui sont descendus dans la rue depuis 10 semaines contre le pass sanitaire, pense encore que continuer ces manifs peut infléchir la position de Macron ? Qui pense que les réformes ultra libérales et sécuritaires du pouvoir peuvent être stoppées par des mobilisations futures ?

Pour ceux qui veulent lutter contre ce monde et qui ne se voilent plus les yeux sur cette impasse, il n’y a pas d’autre choix que de prendre acte de la situation et de concevoir des parades. Pour créer un nouveau rapport de force qui mette réellement le pouvoir en difficulté. Que ce soit de façon symbolique ou non.

 

***MACRON. 4 ANS DE DÉNI****

– Fin 2018 : les Gilets Jaunes évidemment, avec plus de 400 000 manifestants sur les premiers actes. Des dizaines d’actes, pendant près de deux ans et 40 000 rassemblements ! C’est énorme et du jamais vu.

– 16 mars 2019 : 350 000 personnes dans les rues pour la Marche pour le Climat

– 05 décembre 2019 : près d’un million de personnes contre la Réforme des retraites, avec de nombreuses autres manifs massives les semaines suivantes

– 13 juin 2020 : 30 à 50 000 personnes rien qu’à Paris contre les violences policières et le racisme.

– 28 novembre 2020 : Près de 500 000 personne dans toute la france contre la loi Sécurité Globale, avec de nombreuses autres manifs massives les semaines suivantes.

– 07 aout 2021 : Plus de 500 000 personnes dans toute la France contre le pass Sanitaire. Plus de 10 samedis consécutifs de mobilisation avec plus de 100 000 personnes dans les rues.