Amer Anniversaire8 min

Une sorte de brouillard plane en ce début de semaine. Difficile d’y voir clair sur ces trois jours de festivités et de luttes. De savoir s’il s’agit d’une victoire pour les GJ ou pour le pouvoir. Sûrement aucune des deux. En tout cas, du côté des défaites, on peut clairement y mettre la démocratie et la liberté.

Si le pouvoir nous a habitué a pousser toujours plus loin la violence et l’arbitraire, ce weekend d’anniversaire est encore allé plus loin dans le délire totalitaire qui se met en place, insidieusement. Liste non exhaustive en fin d’article.

Le pouvoir et les médias ne parlent que des événements de la place d’Italie, et ce, uniquement sous le prisme des fameux “débordements”. La belle affaire. Sauf que le pouvoir a tout fait pour empêcher tout autre événement : concerts, maison du peuple, happening… Tout a été sauvagement réprimé, et pas seulement les actions dites “offensives”. Macron et Castaner poussent les citoyens à un choix particulièrement dangereux : accepter d’exprimer sa colère dans des manifestations totalement inoffensives et que le pouvoir n’écoute pas, ou entrer dans le “camp” adverse (selon les mots du préfet Lallement). Tout opposant sortant du cadre imposé par les puissants est désormais considéré comme un ennemi d’Etat (à l’image des prélèvements ADN à la Maison du Peuple).

Cette nouvelle doctrine trouve son illustration Place d’Italie, entre 12h et 14H : la préfecture, totalement débordée et surprise des actions offensives du matin, décide d’annuler la manifestation. Mais elle force des centaines de manifestants arrivés dans le quartier (et qui n’avaient pas l’info de l’interdiction) à entrer sur la place. Pour ensuite les empêcher d’en sortir, pendant plusieurs heures, le tout sous des centaines de lacrymo, de grenades de désencerclement et de charges ultra violentes.

Le message est clair : “Vous venez sur une place où il y a des GJ qui cassent ou brûlent. Vous êtes donc solidaire de cette violence inacceptable. Et vous allez en payer le prix. Vous êtes les ennemis de la France. Et nous allons vous traiter de la sorte.”

Avec un double objectif : dissuader les manifestants de revenir à de futures manif GJ (car il y en aura encore et encore). Et casser la popularité du mouvement auprès des citoyens encore solidaires de cette révolte sociale.

Qu’on se le dise : la préfecture n’a pas planifié tout cela à l’avance comme certains ont pu le prétendre. Les autorités ne pensaient pas que les éléments les plus déterminés viendraient à cette manif. Personne ne l’avait vraiment prévu. Pas même une fantasmatique “internationale des Blacks Blocs”. Non, ce qu’il s’est passé, c’est que plusieurs GJ, notamment de province, sont arrivés assez tôt sur Paris. Les Champs étant totalement barricadés, et vu l’expérience du 21 septembre, certains ont décidé d’aller sur le lieu de la manif déclarée, plusieurs heures en avance. Parmi ces GJ, quelques uns ont commencé à monter des barricades sur une place remplie d’objets de chantier. Un petit feu a été allumé. Les images ont très rapidement tourné. Et donc les GJ les plus déterminés ont eu la tentation de venir rejoindre la place. Le temps que la préfecture s’en rende compte, plus de 3 000 manifestants étaient Place d’Italie, plus d’une heure avant le début de la manif. Des barricades, des feux, des voitures renversées. Tout cela sans que la police ne soit en mesure d’intervenir.

En revanche, une fois que les forces de police étaient arrivées en force place d’Italie, les manifestants se sont retrouvés nassés et il n’y a quasiment plus eu de dégradation. Pourtant, c’est seulement à ce moment là que le carnage a commencé. Pendant des heures, la police a littéralement agressé les manifestants présents sur la place, et totalement coincés. Sans aucun discernement, sans même chercher à arrêter ceux qui avaient commis des dégradations. Non, il s’agissait de terroriser et punir ceux qui étaient présents. La terreur. On pourra noter d’ailleurs que ceux qui auront le plus souffert de cette terrible décision des autorités sont les personnes venues sans protection (et donc, logiquement, celles les moins à même d’avoir commis d’actes offensifs).

Cette attitude n’est pas une surprise pour ceux qui suivent et vivent les luttes sociales en France depuis plusieurs mois. Il n’empêche, un nouveau cap a été franchi. Les médias mainstream, comme prévu, n’en ont eu que pour des feux de poubelles, des bris de vitrines et une statue d’un maréchal pétainiste et partisan de l’Algérie française détériorée. L’Histoire n’est amère qu’à ceux qui l’attendent sucrée !

Du côté GJ, on peut se réjouir du nombre d’initiatives lancées sur ce weekend, même si beaucoup ont été rapidement réprimées (et parfois étouffées dans l’œuf) : des occupations, des ronds points, des blocages, des happenings, des concerts, des maisons du peuple… Réussite également au vu du nombre de manifs sauvages toute la journée de samedi, mais aussi le soir et le dimanche, dont beaucoup ont réussi à déborder le dispositif ultra sécuritaire.

On peut en revanche regretter le nombre quelque peu décevant de GJ descendus dans la rue. Si on est bien au dessus des chiffres annoncés par la pref et les médias, on pouvait tout de même espérer beaucoup plus. Aussi bien sur Paris qu’en Région. Alors que le mouvement reste apprécié et compris par une majorité de la population, alors que des centaines de milliers de Français sont déjà descendus dans la rue en jaune au moins une fois fin 2018, il n’a pas été possible de ramener à la lutte ces personnes. Il faut le prendre en compte et ne pas se voiler la face. Car ceux qui crient “révolution” dans les rues depuis des mois, et qui le veulent vraiment, doivent savoir que cet horizon ne sera possible qu’avec une adhésion très forte des autres citoyens, et leur participation active. Comme on peut le voir au Chili ou à Hong Kong.

Cela ne veut pas dire que ces GJ qui ne lâchent rien sont dans l’erreur. Bien au contraire. Mais il faut essayer de comprendre pourquoi les autres, bien que solidaires dans la pensée, ne descendent plus sur les ronds points, dans les manif, sur les occupations. Bien sûr que la terreur d’état est un des éléments importants. Mais pas que.

Samedi, Place d’Italie, la détermination était là. La colère aussi. Mais il manquait peut être de la folie, de la joie, de la fraternité. De la musique et de la danse aussi. La beauté du mouvement GJ, ce sont ces instants improbables, où dans la cruauté du monde libéral, quelques personnes arrivent à créer du lien, du beau, de l’amour.

Il a peut-être aussi manqué de stratégie et d’idées sur cette place d’Italie, qui fut un terrain de révolte pendant deux heures avant de devenir une énorme prison et une salle de torture. Des milliers de personnes étaient présentes. Toutes voulaient sortir de cet endroit, pour vraiment manifester (en déclarée ou en sauvage). Mais il n’y a pas eu suffisamment d’échanges et de propositions pour réussir à sortir de cette nasse. La lutte doit être aussi le moment d’expérimenter des actions collectives constituées de plusieurs actions individuelles. Il faut discuter, il faut proposer, il faut agir. Il faut également redonner du sens aux actions et clamer/afficher les objectifs de cette révolte sociale, d’autant qu’ils sont partagés par des millions de citoyens.

En cela, la mobilisation de ce week-end a parfois été décevante. Décevante mais pas décourageante. Car le feu est toujours là. L’envie de vivre et de connaitre un monde nouveau. L’envie de voir leur monde s’effondrer. De ne plus laisser cette précarité systémique nous tuer.

Pour cela, il faudra dépasser les limites rencontrées ce weekend. Ce ne sera pas facile. Mais existe-til une révolution facile ? Et n’oublions pas quil ne s’agissait que du premier anniversaire.

Annexes – Résumé de trois jours de totalitarisme en France :
– Le vendredi, une soirée concert sur les quais de Seine, totalement pacifique et ne gênant personne, est expulsée. Les deux musiciens sont embarqués et passent la nuit au poste. Les instruments sont gardés par la police tout le weekend

– Une maison des peuples est ouverte dans un lieu désaffecté depuis plus de 3 ans dans Paris. Elle est violemment expulsée par la police dès le lendemain. Avec de nombreuses interpellations.

– Plusieurs journalistes sont tabassés, au moins deux recevoient des grenades aux visages, dont un blessé gravement

– Des milliers de manifestants sont nassés pendant des heures Place d’Italie et interdits de sortir alors que la place est gazée et chargée en permanence. Une véritable boucherie.

– Des manifestants qui font une action totalement pacifique dans les Galeries Lafayette sont violemment arrêtés et embarqués au poste, y compris des personnes dans la rue qui soutenaient les GJ sur place.