Ode à la déraison2 min

Dans un pays où le champs des possibles est rendu de plus en plus exsangue par un pouvoir fascisant, il ne reste plus que la folie pour sortir de l’impasse. Et depuis un an, combien d’actes complétement inconsidérés, déraisonnables, sont restés dans nos mémoires comme des moments de bravoure et de beauté absolue. Alors, oui, à toi qui refuse la raison du plus fort et qui préfère la déraison du plus faible, nous te dédions cette lettre d’amour.

A toi qui a défoncé la porte d’un ministère avec un transpalette
A toi qui te rends tous les samedis en manif alors que tu es en fauteuil roulant
A toi qui a occupé un rond point pendant des mois, sans jamais rien lâcher
A toi, Geneviève, qui est retournée manifester dès ta sortie d’hôpital
A toi qui es allé sur les Champs le 21 septembre malgré le dispositif ultra guerrier, et a réussi à y manifester !
A toi qui joue de la musique dans les manifs malgré la pluie de lacrymos et les coups de matraques
A toi qui a forcé un barrage policier pour partir en manif sauvage
A toi qui est allé dans la manif des policiers pour crier ta colère face à l’impunité de ces derniers
A toi Christophe, qui t’es battu à mains nues face à des policiers protégés et armés
A toi qui a continué de chanter et de manifester alors que tu étais dans une nasse policière
A toi qui est allé sur les Champs le 14 juillet, en plein défilé militaire, pour défier le pouvoir et son bras armé
A toi qui continuera à nous surprendre par ton audace et ta déraison

Tu es fou. Et c’est ce qui te rend si beau.