Ukraine : de quel « axe du bien » parle-t-on ?

Depuis le début de la guerre lancée par Poutine, nous avons apporté notre soutien à la population ukrainienne et réaffirmé notre opposition à la guerre, tout en rappelant que l’impérialisme européen et américain, via l’OTAN, était une partie du problème et qu’il porte des responsabilités dans cette escalade. Nous constatons un très large élan de solidarité envers l’Ukraine mais qui prend parfois la forme d’un soutien assez binaire présentant la Russie comme le mal absolu et l’Ukraine comme les gentils démocrates attaqués par la dictature.

Nous devons de fait, avant tout, rappeler que les interventions étrangères menées ou soutenues par les USA ou la France et suivies par le Royaume-Uni, l’Allemagne et leurs alliés ont tué des centaines de milliers de personnes, détruit des nations et contribuent à l’exil forcé de milliers de personnes. Ces quatre pays représentent accessoirement les quatre plus grands vendeurs d’armes au monde.

De plus, la façon dont les pays du Nord global traitent les exilés en les laissant mourir en Méditerranée et en les enfermant dans des camps, de la Grèce aux Usa, et dont l’Occident asphyxie les pays d’origine dans le sud global ne lui donne aucun droit à donner des leçons d’humanité. La vision du camp occidental comme « axe du bien » nous paraît donc assez peu réaliste.

Elle est surtout dangereuse car elle occulte une partie très sombre de la situation ukrainienne depuis plusieurs années. En effet, si le pays n’est pas juste un « repère de nazis » comme essaie de l’expliquer Poutine pour justifier son injustifiable offensive militaire, il n’empêche que le racisme, et notamment l’antisémitisme et l’antitsiganisme, occupent une place importante et très inquiétante dans la société ukrainienne. Et plus particulièrement dans les forces capables de résister à l’invasion russe.

Parmi ces groupes, il y a notamment le bataillon Azov, ouvertement néo nazi, qui s’est illustré en montrant il y a quelques jours une vidéo où ils enduisaient leurs balles de graisse de porc dans l’objectif de les tirer sur les soldats tchétchènes (musulmans)…

Ce groupe n’est pas marginal au sein de la société ukrainienne, il fait même partie intégrante de l’armée depuis 2014. Il soutient l’État d’Israël et aurait même obtenu l’appui de Tsahal. Il essaye de se donner une image plus acceptable, mais ceci n’empêche pas ses militants de prôner la lecture de “Mein Kampf”, du “Protocole des sages de Sion” ou de porter des insignes nazis.

Pour autant, l’alliance électorale d’extrême-droite, composée de Svoboda et du Secteur droit, a réalisé de faibles scores aux élections ukrainiennes. Mais ce n’est pas le cas de son voisin polonais où elle détient le pouvoir : la Pologne compte elle aussi des milices fascistes aux côtés de son armée régulière. Ne minimisons rien.

Les nationalistes ukrainiens, idéologiquement inspirés par Bandera, collaborateur du régime nazi et père du nationalisme ukrainien moderne, ont eu un rôle de terrain indiscutable durant la révolte de l’Ukraine. Ils avaient même obtenu des postes dans le gouvernement provisoire de l’après Maïdan dont la vice-présidence, les ministères de l’agriculture et de l’écologie, ainsi que celui de la défense.

L’Ukraine et la Pologne constituent aujourd’hui deux des bases les plus importantes pour l’entraînement au combat de toutes les branches les plus radicales de l’extrême-droite. Les répercussions pourraient être désastreuses dans toute l’Europe à moyen et long terme, encore plus avec le soutien militaire de l’OTAN.

Nous avons également vu des images révoltantes – qui n’auront, malheureusement, pas surpris tout le monde – de personnes voulant fuir l’Ukraine qui se voyaient refuser de monter dans des trains ou de passer la frontière polonaise, pour la seule raison qu’ils et elles étaient noirs… Selon des médias indiens, des étudiants indiens se sont vus infliger la même discrimination.

Ne pas visibiliser ces horreurs de peur de minimiser le soutien à une population attaquée, c’est la pire des stratégies, et un marqueur idéologique d’une Europe raciste. In fine elle ne fera que renforcer le racisme et l’intolérance, que ce soit du côté ukrainien, du côté russe et même en Europe. Nous nous devons de combattre les horreurs de la guerre tout autant que les horreurs liées aux impérialismes, plus particulièrement le racisme, et ce, peu importe d’où il émane.

Pour finir, gardons nous de considérer Poutine comme un antifasciste et gardons nous de toute indignation sélective : la compagnie de mercenaires nommée Wagner qui intervient dans plusieurs conflits à l’échelle mondiale pour le compte de la Russie est elle-même fondée et crée par un néo-nazi notoire : Dimitri Outkine.

Si le Kremlin est prêt à engager ce groupe pour faire le “sale boulot”, c’est tout aussi dangereux.