1ER MAI. PARASITER CE MONDE

On attendait pas grand chose de ce premier rendez-vous dans la rue du 2e quinquennat Macron. Pourtant, ce dimanche 1er mai, Paris a repris des airs de résistance et de riposte populaire. Pour la première fois depuis bien longtemps, on a senti de l’envie, de la puissance et du plaisir à lutter dans la rue. N’en déplaise aux petits bourgeois de la lutte pour qui la révolte est belle que lorsqu’elle est passée. Ou lointaine.

Le cortège de tête a compté plusieurs milliers de personnes. Cela faisait plusieurs mois qu’un si gros cortège pré syndical n’avait pas vu le jour. S’étalant sur plusieurs kilomètres, il se composait de différents groupes et ambiances, l’avant étant clairement noir et jaune, et très offensif. Sans nasse mobile, avec des forces de l’ordre à distance du cortège (sauf sur la fin en approche de Nation), ce cortège du premier mai a pu déployer différentes formes d’expression de la colère sociale qui couve : tags, banderoles, chants, barricades, banques défoncées, fanfares…

Ce n’était certes pas les premiers actes GJ, ni les manifs les plus deter de la Loi Travail. Il n’empêche, cela faisait du bien de retrouver une puissance collective.

C’est aussi et surtout un marqueur fort pour les mois et années à venir. On aurait pu penser que la réélection de Macron allait résonner comme un coup de massue. Le coup de massue est passé. Et les sauvages commencent à se relever. Qu’un seul tienne. Les autres suivront.

Évidemment, la classe politique et médiatique s’est vautrée dans la diarrhée verbale des condamnations, comme des cochons peuvent se rouler avec délectation dans la boue. Y compris au sein de « l’Union Populaire » et de son leader Jean-Luc Mélenchon, qui regrette que la préfecture n’ait pas agi plus fermement. Comme l’a dit Nantes Révoltée, « La sociale-démocratie réclame une répression plus efficace. Une gauche de rupture aurait expliqué que la colère est légitime et aurait protégé le cortège de la police. Une gauche révolutionnaire aurait appelé et participé directement aux actions anticapitalistes. »

Cela aura eu le mérite de confirmer que ce monde là n’a rien compris de ce qui se passe dans notre société depuis plusieurs années. Que les alertes du cortège de tête, des Gilets Jaunes, des actions climats ou de la révolte BLM n’ont absolument jamais été comprises pour ce qu’elles étaient. Un désir profond de renverser ce système.

Pour beaucoup de manifestants, il n’y a même plus à chercher à « justifier » en quoi casser une vitrine d’une banque ou brûler une voiture de luxe est moins « grave » que détruire des vies avec une politique ultra libérale, voler des milliards grâce à des optimisations fiscales et détruire la planète par pur intérêt personnel. Sans même parler de comparer la pseudo violence des manifestants avec la violence de l’État et de son bras armé.

Non, pour beaucoup désormais, il n’y a plus à chercher à convaincre ces gens là, ni même les médias. Ce temps est révolu. Il a duré des mois avec les Gilets Jaunes. Ceux qui, aujourd’hui, ne comprennent toujours pas le font par choix idéologique. Il n’y a donc pas lieu de chercher à les convaincre que nous ne sommes pas des parasites.

La planète brûle, littéralement. Des millions de citoyens sombrent dans la pauvreté, et cela ne va que s’accentuer. Nos libertés ne font que diminuer de mois en mois. Pendant ce temps, les milliardaires et multi millionnaires n’ont jamais été aussi riches et puissants. Et leur président a été réélu pour cinq ans. Ce président responsable de milliers de blessés en manif, et de millions de personnes devenues pauvres. On est reparti pour 5 ans d’horreurs ultra libérales alors que le GIEC ne nous donne que 3 ans pour éviter la catastrophe climatique.

Ces barbares qui ont défilé devant les syndicats dimanche semblent donc bien plus conscients et bien plus humanistes que ceux qui tentent de les salir.

On ne doute pas qu’une partie de la stratégie de la préfecture (et donc du pouvoir), aura été de laisser « faire » pour montrer le « chaos » qu’instaurent ces « barbares » si la police ne fait pas de nasse mobile et n’est pas au plus proche du cortège.

Qu’importent leurs petits intérêts politiciens et médiatiques. Une manif sans nasse mobile restera toujours plus belle et plus respectueuse de la démocratie que ce qu’on a pu vivre ces derniers mois. Et puis, s’il y a eu plus de vitrines de banques cassées car la police ne nassait pas le cortège de tête, il y a certainement eu, dans le même temps, moins de manifestants blessés ou embarqués par les flics. Peut être que cela ne compte pas, ou beaucoup moins que des vitres de banque, pour les commentateurs médiatiques et politiques. Pour nous, cela compte.

La séquence électorale va bientôt prendre fin, laissant alors le champ totalement libre à une lutte simple : Continuer dans ce système. Ou le détruire. Chacun verra les barbares (ou les parasites) du côté qu’il le souhaite, permettant de clarifier ce qui doit encore l’être.